Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

santé

  • Déconstruire l'homéopathie

    saoule hahnemann,homéopathie,occultisme,médecines parallèles,santé,science,histoire de la médecine,olivier faure

    Comment expliquer le succès de l'homéopathie? L'histoire de cette doctrine de soin ressemble à un roman. Cela est du en grande partie à la personnalité flamboyante de son inventeur, Samuel Hannemahn (1755-1843), considéré tour à tour comme un charlatan ou un génie.

     

    Pour Olivier Faure, la popularité de l'homéopathie est liée à ses aspects spirituels, voire religieux. Il en replace la genèse dans la médecine des Lumières, et nous dresse un portrait extrêmement intéressant d'Hannemahn, luthérien d'origine, prophète messianique et sectaire prétendant réunir l'ensemble des connaissances dans une théorie explicative unique, qu'il expose dans une "Bible": L'organon de la médecine rationnelle. La diffusion de cette médecine controversée - Hannemahn se posera volontiers en martyr de la science officielle - se fera par le biais de disciples à la personnalité exceptionnelle, et en remportant les suffrages non dans le monde académique, mais dans l'opinion publique.

     

    En réalité, Samuel Hannemahn est en symbiose avec l'idéologie du dix-neuvième siècle si bien décrite par Philippe Muray, et qu'il appelle "occulto-socialiste". Le principe fondateur de l'homéopathie repose sur la doctrine occultiste des correspondances (microcosme et macrocosme) et la croyance aux énergies dynamiques (par la dilution et la dynamisation d'un simple principe actif en quantité infinitésimale). L'auteur montre qu''lle rejoint les autres ésotérismes de son temps (animisme, vitalisme, magnétisme animal, phrénologie, hypnose...), le culte romantique de la Nature, et trouve un public dans les courants contestataires (saint-simonisme, fouriérisme, socialisme utopique), devenant la "plaque tournante d'une nébuleuse spiritualiste rêvant d'harmonie entre le spirituel et le rationnel, où se côtoient médecins et non-médecins, piétistes et socialistes, phréonologues, spirites et magnétiseurs."

     

    Sans entrer pour sa part dans le débat idéologique, l'historien analyse l'homéopathie comme un mouvement social et culturel qui a su s’adapter aux évolutions de la société et utiliser la critique d'une médecine classique "indifférente aux aspirations confuses et complexes de l'individu souffrant".

     

    Il donne néanmoins au chrétien averti de sérieux moyens de discernement. A l'heure où les médecines parallèles jouissent d'une faveur incroyable, il est important de prendre du recul et de connaitre leur origine occulte et pseudo-scientifique, contraire à l'enseignement biblique. L'efficacité de l'homéopathie apparait au final aussi réelle que douteuse, bien plus spirituelle que scientifique, philosophique que médicale ; la croyance du patient y joue un rôle essentiel. A ce titre, c'est une lecture fort instructive et documentée.

     

    Olivier Faure est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Jean Moulin - Lyon III, et spécialiste de l'histoire de la médecine.

     

    A lire aussi: La recension de Vincent Viet dans la Revue française des Affaires sociales, 2015/4 n°4

     

    Et pour compléter:

    Capture d’écran 2016-04-07 à 16.01.19.png

    Capture d’écran 2016-04-07 à 16.01.54.png