Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

protestantisme

  • (Conférence) Place et engagement des femmes dans le protestantisme du XVIème siècle à nos jours

    Capture d’écran 2017-06-15 à 18.04.13.png

  • Méandres sauvages - de la Suisse aux Cévennes en passant par ailleurs

    Autre lecture cévenole pour cet été...

     

    Capture d’écran 2017-05-25 à 17.09.28.png

    La Suisse et les Cévennes entretiennent des affinités électives. Migrations des Huguenots vers le Refuge, formation des pasteurs du Désert au Séminaire d'Antoine Court à Lausanne; puis, en sens inverse, des missionnaires furent envoyés, et un grand nombre de ministres vint étoffer le corps pastoral cévenol. Liens familiaux, liens spirituels mais aussi financiers et commerciaux, l'axe Nîmes-Genève est au coeur de la géographie huguenote.

     

    Plus récemment, cet axe s'est fait touristique et mémoriel. Mais on connait moins les trajectoires des enfants rebelles de la Suisse venus trouver une nouvelle vie (souvent "libérée"), en Cévennes.

     

    A ce titre, le récit de Georges Vaucher est exemplaire. Né en 1900, à Neuchâtel, dans une famille protestante pieuse mais pauvre, il est placé chez un couple pastoral sans enfants. Eduqué dans une ambiance telle que ne la connaitront que ceux qui ont grandi dans le piétisme évangélique, teintée de morale biblique et, dans le cas de sa "mère", d'un pharisaïsme certain, il est, du jour au lendemain, placé dans un orphelinat. 

     

    Il s'en enfuit pour retrouver ses parents biologiques, ce qui est le début d'une longue vie d'aventures, guidée par l'amour de la nature, la curiosité, l'indépendance... Tour à tour ouvrier agricole, colporteur adventiste, contremaître, il multiple les expériences (foireuses pour la plupart) avant d'arriver en Cévennes. Ce sera sa patrie d'adoption. 

     

    Georges Vaucher deviendra alors une "figure" locale de Saint-Jean-du-Gard et Mialet. Spéléologue, c'est lui qui découvrira les nouvelles salles de la Grotte de Trabuc. Ses souvenirs de jeunesse, passionnants et rocambolesques, se lisent d'une traite. Encore une belle découverte pour vos lectures estivales...

     

    Préfacé par Daniel Travier.

     

    georges vaucher,saint-jean-du-gars,millet,générargues,anduze,cévennes,protestantisme,adventiste,piétisme,spéléologie,grotte de trabuc,daniel travier

     

  • Les #100 livres cultes du protestantisme

    La foi sur le théâtre du monde.

     

    #88 Théodore de Bèze, Abraham sacrifiant (1550), Honoré Champion

     

    Capture d’écran 2017-05-19 à 17.30.25.png

  • Luther, t.II dans la Pléiade

    La Bibliothèque de la Pléiade édite un deuxième volume des Oeuvres de Luther, un must pour les 500ans, de ce théologien qui fut aussi un grand littérateur de langue allemande. Luther, en papier bible, dans une collection sobre et prestigieuse, créée par un club de protestants, dont Gide et Schlumberger...

    Capture d’écran 2017-05-02 à 13.30.39.jpeg

     

    luther,luther500,réforme,réforme,réforme500,pléiade,gallimard,réformation,histoire du protestantisme,luthéranisme,protestantisme

     

    luther,luther500,réforme,réforme,réforme500,pléiade,gallimard,réformation,histoire du protestantisme,luthéranisme,protestantisme

  • Protestantisme, la belle histoire

    Une merveille est arrivée, que vous trouverez chez tous les bons libraires et dans les Musées protestants de France et de Genève : La protestantisme français, la belle histoire (XVIe-XXIe).

    Capture d’écran 2017-04-27 à 14.30.18.png

     

    Il s'agit d'une histoire du protestantisme français originale : à partir d'objets tirés des différents musées du protestantisme, Patrick Cabanel retrace les cinq siècles d'histoire d'une minorité active. Remarquablement écrite, illustrée, servie par un design moderne excessivement élégant, elle condense une sorte de Musée huguenot idéal.

     

    Les plus chanceux pourront le découvrir ce week-end à La Force, en Dordogne, à l'occasion du colloque annuel des musées protestants qui se tiendra à la Fondation John Bost.

     

     

     

  • ETR, un numéro spécial 2017 exceptionnel

    réforme,réformation,réforme500,protestantisme,martin luther,huldrych zwingli,balthasar hubmaier,jean oecolampade,sebastian münster,marie dentière,paul dolsciusLa revue ETR (Etudes théologiques et religieuses) sort un n° spécial pour le jubilé de la Réformation. Il s'agit d'un volume exceptionnel de 21 textes réformateurs inédits en français, réunis et édités par Chrystel Bernat. 

     

    En voici le sommaire : 

     

    1 Aux sources de la Réforme, Avant-propos de Chrystel Bernat


    5 Philippe MELANCHTHON, Lieux communs des choses théologiques ou hypotyposes théologiques (1521) – Introduction du livre et chapitre premier. Traduction du latin, présentation et notes de Pierre-Olivier Léchot : À propos de l’enseignement de la théologie et du libre arbitre


    25 Martin LUTHER, Raison et justification que des nonnes peuvent quitter leurs couvents en conformité avec Dieu (1523). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler


    35 Huldrych ZWINGLI, 67 thèses pour la dispute de Zurich, le 29 janvier 1523.Déclarations conclusives. Présentation de Chrystel Bernat. Traduction de l’allemand par François Vouga


    53 Balthasar HUBMAIER, Dialogue à propos du livret sur le baptême de Maître Zwingli de Zurich, au sujet du baptême des enfants (1526). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Catherine Dejeumont : « Dialogue » dites-vous ? Balthasar Hubmaier et Zwingli


    135 Martin LUTHER, Lettres de la forteresse de Cobourg (du printemps à l’automne 1530). Traduction du latin et de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler


    155 Huldrych ZWINGLI, Exposition de la foi chrétienne (1531). Traduction du latin, présentation et notes de Jean-François Gounelle


    207 Martin LUTHER, « Que Jésus-Christ vous montre ses pieds et ses mains… ». Trois lettres de réconfort de Martin Luther (1531-1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Matthieu Arnold


    219 Martin LUTHER, La bénédiction telle qu’on la proclame sur le peuple après la messe, selon le quatrième livre de Moïse, au sixième chapitre. Commentée par D. Martin Luther (1532). Traduction de l’allemand, présentation et notes de Pierre Bühler


    229 Jean OECOLAMPADE, Préface au commentaire du livre de Job (1532). Traduction du latin (édition de Genève, 1567), présentation et notes de Gilbert Dahan


    237 Sebastian MÜNSTER, Extrait de la Préface de la Bible hébraïque (1534) – Qu’il ne faut pas mépriser les commentaires des Hébreux. Traduction du latin, présentation et notes de Gilbert Dahan


    249 Marie DENTIÈRE, Défense pour les femmes, fragment de l’Epistre tres utile(1539). Présentation et notes d’Annie Noblesse-Rocher


    257 Paul DOLSCIUS, Confessio Augustana Græca (1559). Traduction du grec, présentation et notes de Jacqueline Assaël : La Confessio Augustana Græca, rhapsodie ambivalente de la Confession d’Augsbourg et de ses variantes


    329 Augustana Græca. Sa réception orthodoxe au XVIe siècle. Postface de Nicolas Kazarian
    341 PARMI LES LIVRES

  • Eugénie Bost, femme de tête, de coeur et de foi

    Capture d’écran 2017-03-31 à 10.28.57.png

    Les Asiles de La Force sont aujourd’hui une Fondation et, sur le plan symbolique, une véritable institution dans le domaine du travail social et médico-social. Si cette année l’on célèbre cette création, on ne manque pas de souligner le travail titanesque de John Bost et, pour la première fois, on y associe l’œuvre, non moins considérable, de sa digne et infatigable épouse : Eugénie.

     

    Car elle est sur tous les fronts tant la tâche est immense. Epouse exemplaire de son John qu’elle a su attendre patiemment elle ne cesse de prendre soin de sa santé et de l’entourer de mille tendresses pour lui rendre la vie plus aisée même si, parfois, l’humeur de son époux  vire à l’orage. Mère, elle prodigue des soins attentionnés et renouvelés à ses trois enfants et sait associer une immense tendresse et une fermeté non moins nécessaire au milieu de tant d’affairement. Meurtrie qu’elle a été par le décès de sa seconde fille, elle ne cesse d’être tiraillée par l'inquiétude pour leur santé, sans négliger leur éducation tant spirituelle, morale qu’intellectuelle. Mais sa charge ne s’arrête pas là car héritière d’un vaste domaine, elle comprend, très vite, qu’il lui faut en tirer le meilleur pour entretenir sa grande maisonnée. La famille, qui reçoit sans cesse, a aussi de nombreux domestique ; mais il lui faut assurer la rentabilité optimale du domaine pour soutenir l’entretien des différents asiles construits peu à peu par John. 

     

    Quand elle ne se transforme pas en négociante de vins, de terres, elle entretient une vaste correspondance amicale. Amicale, mais pas seulement car cette correspondance nourrit aussi le vaste réseau de soutien nécessaire à l’œuvre. D’ailleurs, n’est-ce pas elle aussi qui apaise les conflits, les tensions, quasi quotidiens qui chahutent le bon fonctionnement d’un travail toujours en plein développement. Et puis, il lui faut aussi soulager son mari en rédigeant des rapports, des dossiers…

     

    Multiples tâches qui font d’Eugénie l’orchestratrice d’un travail qui ne connaît pas de cloisonnement contrairement  à notre société du XXIe siècle qui ne sait que trop compartimenter. Ni John ni Eugénie ne souhaite séparer car cette unité –cette union ?- constitue le cœur de cette œuvre et lui procure son souffle et sa dynamique. 

     

    Autant dire qu’avec la publication de ce journal dont nous devons l’initiative à Gabrielle Cadier-Rey nous pénétrons le poumon d’une œuvre évangélique issue du Réveil protestant. Gabrielle Cadier-Rey nous offre ici des notes qui viennent utilement compléter un texte qui se lit vite et facilement car plein de vie et d’entrain. Dans sa préface, si personnelle, Laurent Gervereau nous annonce cette vitalité. 

     

    Ce journal démontre une fois de plus que la foi vécue n’est pas vanité mais sanctification en vue du dévouement et du service de l’autre.

     

    FB

    Et pour ceux qui souhaitent écouter la conférence de Gabrielle Cadier-Rey, c'est par ici : 

    http://www.librairiejeancalvin.fr/index.php/ljc/Multimedia/Conferences/Le-journal-d-Eugenie-Bost

  • Les révoltés de l'Evangile

    Capture d’écran 2017-03-27 à 17.14.54.png

    En 1500, l’Europe se proclame chrétienne mais beaucoup pensent que l’Église, malade, a besoin d’être renouvelée. Parallèlement à la rénovation humaniste, représentée par Érasme, émerge la Réforme de Luther et de Zwingli.

     

    Dans un premier temps, le désir de changement et l’opposition à Rome unissent les réformateurs. Mais, dans les années 1520, les choses s’emballent : la contradiction entre la poussée subversive de l’Évangile et les institutions séculaires provoquent des ébranlements violents dans l’Empire germanique et la Confédération helvétique. Comment répondre à ces révoltes ? De quelle révolution théologique sont-elles le signe ? Quelle spiritualité voit alors le jour ?

     

    C’est à travers la vie et l’engagement emblématiques de Balthasar Hubmaier (1480-1528), prêtre catholique allemand converti au zwinglianisme, penseur d’une église professante et du baptême des adultes, que l’historien Neal Blough fait le récit inédit de la naissance de l’anabaptisme. Ce retour à la foi apostolique issu de la Réforme communale sera condamné par les réformateurs comme hérétique, associant pleinement ses défenseurs au combat social qu’a été le mouvement paysan.

     

    Un retour aux origines d’une confession chrétienne pratiquée par plus d’un million de fidèles aujourd’hui.

     

    Professeur d’histoire du christianisme à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine et directeur du Centre Mennonite de Paris, Neal Blough est l’auteur de Christologie anabaptiste, et a dirigé le collectif Jésus Christ aux marges de la Réforme.

     

  • (Conférence) Le journal d'Eugénie Bost, un autre regard sur les Asiles de la Force

    Capture d’écran 2017-03-13 à 09.51.38.png

    Cliquez dessus pour voir en grand.

     

    Capture d’écran 2017-03-13 à 09.54.20.png