Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pourquoi lire calvin?

  • VII. Lire Calvin pour lire le moins possible?

    5313.jpg

     

     

     

    Est-il vraiment nécessaire de lire pour vivre? Etre un homme de savoir est-il un idéal si enviable?

    Selon George Steiner, cela n'est pas évident.

    Lire la suite.

     

  • V. Lire Calvin pour ses gosses

    jean calvin,catéchisme,transmission,foi réformée,théologie pratique,introduction à la théologie

    Ce vice impuni qu'est la lecture est souvent un vice solitaire. Comme le disait Rilke, "la solitude qui environne les oeuvres d'art est infinie". Et il est vrai qu'on ne lit bien qu'avec une dose mesurée d'égoïsme. Cependant, Calvin s'aborde plutôt selon un exigence communautaire, dans le souci de la transmission du savoir, comme en témoignent son style et sa pédagogie.

    Ainsi, l'enseignement des enfants a toujours fait partie de ses préoccupations, orientant sa théologie selon un principe d'accessibilité.

    Dans ses Sept sermons sur Job (qu'à force de vous en rebattre les oreilles vous finirez par acheter!), Calvin décrit l'état d'esprit qui initie à leur instruction, d'une permanence décapante! :

    "Voilà donc une instruction qui nous est bien utile, à savoir que les pères doivent conduire leurs enfants à tel point que Dieu soit honoré de tous. Et nous avons d'autant plus à noter cet enseignement qu'il est si mal mis en pratique. Car aujourd'hui, ceux qui ont des enfants veulent bien qu'ils soient enseignés; mais qu'ils soient menés dans le zèle et l'attachement à Dieu, on en trouvera à peine un sur cent. Pourquoi donc? Chacun pense à son profit; il dira : "je veux que mon enfant soit enseigné. Mais de manière qu'il ait bon esprit, qu'il réussisse, qu'il se fasse valoir, qu'il amasse des biens, qu'il soit respecté, et honoré". [...] combien y en a-t-il qui tendent à cette simplicité disant: "Je me contente que mon enfant serve Dieu, étant assuré que Dieu le bénira, le rendra prospère, et que même s'il est pauvre selon le monde, je me contente que Dieu soit son père"." (p.48)

    A cet effet, Calvin a rédigé un opuscule génial, Instruis-moi dans ta vérité, dont l'ami Monnier nous fait présentation.

    Lire la présentation.

  • IV. Lire Calvin pour ne pas devenir une poupée barbie


    pourquoi lire calvin?,violaine weben-dardel,calvin,sermons job,protestantisme évangéliqueLa lecture de Calvin peut être particulièrement préconisée comme antidote aux dérives d'un certain protestantisme évangélique. Surtout lorsque celui-ci s'avilit à tel point qu'il n'est plus qu'un esclave pathétique des critères de la société spectacle-marchande : la Parole de Dieu vous aidera à maigrir et à ressembler à une barbie hollywoodienne décolorée, car il s'agit là, il est vrai, d'un idéal remarquable. 

    Or, comme le dit très justement Violaine WEBEN-DARDEL dans son Avant-propos aux Sept sermons sur Job (tout juste édités chez Olivétan), Calvin

    pourquoi lire calvin?,violaine weben-dardel,calvin,sermons job,protestantisme évangélique"introduit un renversement. Il place Dieu là où l'homme s'inscrit logiquement comme centre de ses préoccupations. C'est une révolution copernicienne en matière anthropologique et théologique, à laquelle ces paroles nous conduisent. Une spiritualité du désintéressement, combien libératrice! Nous n'aimons pas Dieu en vue de... mais pour lui-même, parce qu'il nous a fait grâce de son amour. Son amour, c'est sa puissance et sa gloire."

    La Parole instrumentalisée, une relique moderne? 

    Voilà donc une raison supplémentaire, s'il en fallait une, de lire les Sept sermons sur Job de Calvin, et pourqui pas, son Traité des reliques...

  • III. Lire Calvin parce que Sully l'a lu

    7194.jpg

     

    J'ignore si c'est une bonne raison de lire Calvin. Ou si c'est une raison tout court. En tout cas c'est une raison originale. Donc peut-être une bonne raison quand même. Car il faut être un peu original pour lire Calvin, voire légèrement excentrique. Maximilien de Béthune, duc de Sully n'était pas à proprement parler un excentrique. Il a commencé militaire et fini surintendant des finances de Henri IV, ce qui a priori ne laisse pas énormément de place aux goûts fantasques. Cela ne l'a pas empêché de mener une politique originale, d'être (et de demeurer) protestant dans un pays largement catholique (aux plus hautes fonction de l'Etat), et de lire l'Institution de la Religion Chrétienne.

    Lire la suite...

  • II. Lire Calvin pour trouver quelque consolation dans ses afflictions

    9782354791452.jpg

    Nous vous avions parlé récemment du Calvin pasteur, et de sa pratique de la consolation à propos du dernier bulletin de la SHPF

    Les éditions Olivétan ont eu l'initiative très heureuse de publier dans un format semi-poche Sept sermons sur Job, de Calvin, où cet aspect de son oeuvre apparait tout particulièrement.

    Grâce à Violaine WEBEN-DARDEL, le lecteur accède à un texte suffisament modernisé (les mots les plus difficiles sont transcrits entre crochets) pour que chacun en profite. Plus je le lis, plus je crois qu'il faut lire Calvin de près.

    Lire la suite.

  • Pourquoi lire Calvin? I. Lire Calvin parce qu'on a faim.

    2522.jpg

    On peut lire Calvin parce qu'on est en quête d'une nourriture substantielle.

    Lorsque l'on pense "lecture de Calvin" on pense bien entendu à celle de l'Institution de la Religion Chrétienne, et à son traitement organisé des "lieux communs théologiques". Un Calvin plus méconnu, parce que jusqu'aujourd'hui plus difficilement accessible, est le Calvin des sermons, le Calvin prédicateur. Or il s'avère que certains sermons sont désormais accessibles au grand public, pour le plus grand profit du lecteur.

    La famine spirituelle, sermon sur Esaïe 55, qui date de juillet 1558, a été retrouvé dans les bibliothèques de l'Eglise française de Londres en 1995, avec de nombreux autres. Calvin fit la lectio continua du livre d'Esaïe pendant 3ans (1556-1559) : "Il s'agit de la plus longue série de prédications que Calvin ait jamais prononcée" (p.12). Cet intérêt particulier de Calvin pour Esaïe se vérifie encore par le fait qu'il y  reviendra plusieurs fois et paufinera à l'extrême son Commentaire ; il serait à propos de se pencher sur une lecture si importante pour son auteur, et chercher à savoir dans quelle mesure elle a fait évoluer sa pensée.

    Quoiqu'il en soit, Max ENGAMMARE nous donne ainsi accès à un incroyable trésor.

    Lire la suite.