Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

non-violence

  • Visite guidée : la collection "Perspectives anabaptistes"

    perspectives-anabaptistes2.jpgNeal Blough, notre orateur de ce vendredi 15 juin, est aussi le directeur d'une collection aux Editions Excelsis, qui commence à s'étoffer sérieusement : "Perspectives anabaptistes".

    En voici la ligne théologique et spirituelle:

    "Théologiens, historiens, sociologues appartenant aux églises qui tirent leur origine de la « Réforme radicale » du XVIe siècle partagent réflexions et expériences. Cette collection est dirigée par Neal Blough, professeur d'histoire à la Faculté Libre de Théologie Évangélique de Vaux-sur-Seine et par Claude Baecher professeur au Bienenberg en Suisse."

    Vous pouvez reconnaitre les livres grâce au sabre détruit, symbole de paix renvoyant à la prophétie d'Esaïe 2.4: 

    "Martelant leurs épées, ils en feront des socs, de leurs lances ils feront des serpes.  On ne brandira plus l'épée nation contre nation, on n'apprendra plus à se battre".

    LIRE LA SUITE.

  • Dernière livraison du BSHPF: portraits de Calvin en pasteur

    bshpf.jpgCalvin est à l'honneur de deux articles d'un très beau tryptique consacré au thème de la pratique de la consolation dans la tradition protestante. Ou comment les "larmes réformées", celles des martyrs, des endeuillés, des malades ont été essuyées par leurs pasteurs. 

    Calvin y apparait sous un angle méconnu : sa doctrine, ses lettres et sermons montrent en lui un réformateur en actes du ministère pastoral. Pierre JANTON ("La non-violence et le martyr chez Calvin")s'attache au cas spécifique des martyrs, et au lien indissoluble que Calvin maintient entre fidélité à Dieu et fidélité au Roi, impliquant le refus de la réponse armée aux persécutions (de plus en plus tentante à cette période)  et l'acceptation apaisée de la providence de Dieu. Sa parole d'exhortation "à la tonalité vibrante", entre fermeté et compassion, tend à faire reluire la vie céleste pour faciliter le détachement du monde, et préserver la foi. 

    Olivier MILLET ("Doctrine réformatrice et pratique humaniste de la consolation chez Calvin") montre le lien profond qui unit chez Calvin la consolation et la doctrine elle-même, dont la fonction est replacée dans le contexte de la pratique humaniste de l'époque (Erasme principalement). Surtout, apparait chez le Réformateur une quête d'authenticité dans l'expression de la compassion - il s'agit de "revêtir les passions" de l'affligé, pour que les mots adressés soient vrais et portent. La consolation requiert pour le pasteur "une intelligence affective des êtres", d'origine divine. 

    Ces études, aussi théologiques qu'historiques, sont suivies d'un exposé sur Drelincourt, pasteur de "l'orthodoxie réformée" (XVIIe) et dont la "médecine de l'âme", qui a été l'une des préoccupations principale de sa carrière, trouve forme dans Les visites charitables (1665-1669). Ce manuel met en scène 61 visites du pasteur à ses fidèles souffrants, et veut synthétiser (en 5gros volumes!) tous les types d'afflictions humaines et leur réponses appropriées. Erudit, passionnant et touchant, de la plume de Marianne CARBONNIER.

    A lire: Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, Tome 157, Juillet-Août-Septembre 2011, Droz