Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

marie-claude barbier-mosimann

  • Dr Livingstone, I presume?

    Marie-Claude Bariber-Mosimann signe ici la grande biographie d'une figure légendaire qu'elle remet bien en perspective. Si elle égratigne le héros missionnaire ce n'est pas par plaisir mais par goût d'une vérité pas toujours facile à accepter. Ce faisant, elle nous restitue le beau dévouement de Mary, femme oubliée de l'explorateur. 


    Un livre à découvrir pour appréhender une histoire missionnaire qui fut souvent douloureuse et cette partie de l'Afrique : un autre monde si profondément et tristement humain!

     

    Capture d’écran 2017-03-06 à 17.12.00.png

     

    L'image qui perdure de Livingstone est celle d'un explorateur britannique dont on resta quatre ans sans nouvelles avant d'être retrouvé, près du lac Tanganyika, par le journaliste américain Stanley qui l'aborda par la phrase célèbre : ''Dr Livingstone, I presume?''.

     

    Cette biographie retrace la trajectoire hors du commun qui fut la sienne, depuis sa naissance dans une famille modeste en Ecosse jusqu'à ses funérailles nationales à Westminster Abbey. Son échec missionnaire est à la mesure de sa réussite en tant qu'explorateur : il fut le premier à relier l'océan Atlantique à l'océan Indien, parcourant, à pied ou à dos de boeuf, près de 18 000 km, ''découvrant'' en chemin les superbes chutes du Zambèze qu'il baptisa Victoria.

     

    Si cette transafricaine en fit un héros, l'échec de son expédition suivante, à la recherche d'une voie permettant de désenclaver l'intérieur de l'Afrique et d'arrêter la traite, ternit gravement son image. Il repartit cependant pour une dernière expédition à la recherche des sources du Nil. Refusant de rentrer en Angleterre avec Stanley, il mourut à 1200 km de la côte où son corps fut ramené, au terme d'une incroyable épopée de 9 mois, par ses fidèles porteurs.

  • A la suite du missionnaire Eugène Casalis

    mission,missiologie,histoire protestantisme,réveil,christianisme et colonisation,lesotho,eugène casalis,jean-françois zorn,marie-claude barbier-mosimannIl y a deux cent ans naissait Eugène Casalis, qui fut un pionnier de la mission protestante en Afrique du Sud (Lessouto). Plusieurs évènements ont eu lieu cette année (notamment une exposition et un cycle de conférence au Musée Jeanne d'Albret d'Orthez, et un documentaire sur France 2), qui fut ponctuée de (ré)éditions importantes.

    La première est celle des Souvenirs d'Eugène Casalis (Edipro), où l'auteur relate sa jeunesse en milieu huguenot (sa grand-mère cachait les pasteurs du désert), son éducation atypique sous la férule d'Henri Pyt (l'un des plus importants revivalistes du XIXe siècle et figure fort attachante) ainsi que son appel, puis son départ en mission. 

    La deuxième est la parution d'une biographie inédite du missionnaire, par M.-C. Mosimann-Barbier (Un béarnais en Afrique australe ou l'extraordianire destin d'Eugène Casalis, L'Harmattan), qui met en avant le contexte et le rôle diplomatique de Casalis auprès de Moshoshoe, roi des Bassoutos. Leur confiance réciproque permit, involontairement, à Casalis de participer à l'édification de l'actuel Leshoto, par l'évangélisation, en triscrivant leur langue et en participant (malgré bien des déboires) au développement économique. Le prix élevé (hélas) n'enlève rien à l'intérêt du livre.

    Enfin, les Editions Karthala rééditent, à raison, Le grand siècle d'une mission protestante, La Mission de Paris de 1882 à 1914, de Jean-François Zorn. Cette référence incontournable pour qui s'intéresse à l'histoire des missions et à la missiologie, replace l'élan incroyable du protestantisme dans son époque, au travers des trois principaux  "champs de mission" que la MDP défricha: Madagascar, l'Afrique australe, et le Pacifique. Ce fut la Mission de Paris qui envoya Eugène Casalis et ses amis en Afrique du Sud (eux projettaient de partir en Algérie).

    mission,missiologie,histoire protestantisme,réveil,christianisme et colonisation,lesotho,eugène casalis,jean-françois zorn,marie-claude barbier-mosimann mission,missiologie,histoire protestantisme,réveil,christianisme et colonisation,lesotho,eugène casalis,jean-françois zorn,marie-claude barbier-mosimann

    Autres liens :

    1/Eugène Casalis, Les Bassoutos, réédition + annotations Jean-François Zorn, sur le blog de Sébastien Fath

    2/Actes du cycle de conférences du Musée Jeanne d'Albret.