Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

great awakening

  • Une oeuvre du Saint-Esprit : ses vrais signes (Jonathan Edwards)

    jonathan edwards,great awakening,calvinisme,réveil,théologie,saint-esprit,doctrine du saint-esprit,culpabilitéJonathan Edwards (1703-1758) a été l'acteur et le témoin du "Grand Réveil" qui eut lieu en Nouvelle-Angleterre au début du XVIIIe siècle. Il fut aussi un éminent théologien calviniste, sensible aux questions des Lumières.

    Le Réveil suscita de nombreuses hostilités, en raison de la dureté de son message (l'insistance sur les peines éternelles et la dépravation totale de l'homme) et des manifestations qui l'accompagnaient parfois. Ces manifestations spirituelles étonnantes faisaient dire aux détracteurs du Réveil que ce dernier n'était pas le fruit du Saint-Esprit : la nouveauté, la détresse morale donnant lieu à des expressions physiques démesurées,  l'ampleur spectaculaire, le zèle maladroit des nouveaux convertis, les rechutes, étaient autant d'arguments contre. 

    Jonathan Edwards a donc cherché à répondre à ces critiques, en s'appuyant sur la Bible. Qu'est-ce qu'un Réveil? Qu'est-ce qui authentifie l'oeuvre de Dieu? Quels critères de discernement les Ecritures nous donnent-elles? Publié en 1741, Une oeuvre du Saint-Esprit : ses vrais signes (The distinguishing marks of a work of the Spirit of God), vient d'être réédité chez Europresse, dans sa traduction française. 

    Pour Edwards, le premier fruit de l'Esprit est une conviction de péché et de perdition, dont la force crée un véritable désespoir, et conduit l'homme a se détourner de son ancienne vie par la foi en Christ. Il est clair que si les débuts sont souvent mêlés aux réactions de la chair, cela n'invalide pas l'oeuvre de Dieu; mais si l'oeuvre est de Dieu, elle conduira vers une purification. Ces questions restent d'actualité, si l'on considère la confusion qui entoure, aujourd'hui encore, la notion de "Réveil" et ce qu'on appelle "l'action du Saint-Esprit". Par sa défense et illustration du Réveil, le livre nous donne, en négatif, des moyens d'évaluation.