Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

géographie

  • Dr Livingstone, I presume?

    Marie-Claude Bariber-Mosimann signe ici la grande biographie d'une figure légendaire qu'elle remet bien en perspective. Si elle égratigne le héros missionnaire ce n'est pas par plaisir mais par goût d'une vérité pas toujours facile à accepter. Ce faisant, elle nous restitue le beau dévouement de Mary, femme oubliée de l'explorateur. 


    Un livre à découvrir pour appréhender une histoire missionnaire qui fut souvent douloureuse et cette partie de l'Afrique : un autre monde si profondément et tristement humain!

     

    Capture d’écran 2017-03-06 à 17.12.00.png

     

    L'image qui perdure de Livingstone est celle d'un explorateur britannique dont on resta quatre ans sans nouvelles avant d'être retrouvé, près du lac Tanganyika, par le journaliste américain Stanley qui l'aborda par la phrase célèbre : ''Dr Livingstone, I presume?''.

     

    Cette biographie retrace la trajectoire hors du commun qui fut la sienne, depuis sa naissance dans une famille modeste en Ecosse jusqu'à ses funérailles nationales à Westminster Abbey. Son échec missionnaire est à la mesure de sa réussite en tant qu'explorateur : il fut le premier à relier l'océan Atlantique à l'océan Indien, parcourant, à pied ou à dos de boeuf, près de 18 000 km, ''découvrant'' en chemin les superbes chutes du Zambèze qu'il baptisa Victoria.

     

    Si cette transafricaine en fit un héros, l'échec de son expédition suivante, à la recherche d'une voie permettant de désenclaver l'intérieur de l'Afrique et d'arrêter la traite, ternit gravement son image. Il repartit cependant pour une dernière expédition à la recherche des sources du Nil. Refusant de rentrer en Angleterre avec Stanley, il mourut à 1200 km de la côte où son corps fut ramené, au terme d'une incroyable épopée de 9 mois, par ses fidèles porteurs.