Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

extrême-gauche

  • Complot mondial et nouvelles judéophobies

    taguieff.jpg

    Le malheur veut que les actes et propos antijuifs connaissent une recrudescence. Voir aussi ici.

    7834.jpgSous de nouvelles formes, une vieille haine des juifs perdure, que Pierre-André Taguieff (auteur à découvrir), s'est attaché à étudier. Parmi elles, le mythe du complot mondial.

    Dans ce petit livre, qui se veut une synthèse de ses recherches approfondies sur plusieurs dizaines d'années, Taguieff décortique les ressorts imaginaires, sociaux, historiques et psychologiques à la source de ces théories.

    Le mythe du complot mondial désigne à la fois une explication simpliste et un bouc émissaire contre les malheurs du temps, explication qui ne peut être ni infirmée ni confirmée, car elle ne repose sur rien de tangible.

    Au contraire, elle fait son lit dans un imaginaire ésotérique, qui est un système de pensée fondé sur l'analogie, les correspondances, et la certitude que la vérité est occulte, c'est-à-dire cachée derrière les apparences ou les discours officiels. Ainsi, elle suppute que le monde est gouverné et mené de manière intentionnelle à sa ruine par les Juifs.

    Car le complot est toujours judéo-quelque chose : judéo-maçonnique, judéo-bolchévique, américano-sioniste et j'en passe et fait florès dans les discours "alternatifs" ou extrême gauche.

    7835.jpg

     

    Cette interprétation satisfait les psychologies paranoïaques et rigides, formées au goût du mystère, de l'invisible, et de l'initiation ; elle est aussi fermée que peut l'être le rationalisme, dont elle est comme l'ombre portée. Elle est la chair de fictions comme le Da Vinci Code et trouve un relai puissant dans le bazar d'internet. 

    Alors pour prendre un peu de recul et au nom des "affinités électives" qui unissent les protestants aux juifs, nous vous conseillons vivement cette lecture salutaire, intelligente et courageuse. Car Pierre-André Taguieff ne s'est pas fait que des amis.