Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médiums, astrologues, guérisseurs... ce qu'ils ne vous disent pas

8872.jpg« Des contacts, même occasionnels, avec les guérisseurs, voyants ou médiums peuvent avoir des répercussions, parfois sérieuses, dans certaines vies ».

Partant de cette réalité, et de l’engouement actuel pour les phénomènes paranormaux, l’auteur explique à l’homme de la rue les conséquences, souvent méconnues et dramatiques, du trafic avec le monde invisible.

Après avoir distingué les charlatans des véritables médiums, l’auteur montre combien le recours à l’occultisme est motivé par la peur universelle de l’avenir, de la maladie et de la mort. Bien souvent, ceux qui pratiquent et ceux qui sollicitent leurs dons ne connaissent pas l’origine de leur puissance, et la légitiment par leur désir de « faire du bien » ou d’apaiser les souffrances (ch.1 et 2).

Or l’auteur montre à partir de la Bible que ces dons, transmis par hérédité ou initiation, ont en fait une origine spirituelle démoniaque, qu’elles lient, à différents degrés, ceux qui entrent en contact avec. Derrière des pratiques apparemment bénéfiques, se cache la « partie immergée de l’iceberg » (ch.3), un monde de ténèbres et d’angoisses. A partir de nombreux témoignages, le lecteur peut en voir clairement les conséquences dramatiques.

L’auteur affirme que la consultation des voyants, des rebouteux, voire de certains dispensateurs des médecines dites « parallèles » est une transgression de la loi divine (Lévitique 18) à laquelle est attachée une malédiction, et que de nombreux symptôme, tragiques ou inquiétants, viennent de là (crises d’angoisse, pressentiments, pensées de suicide…) ; mais en même temps, il ouvre une pleine porte à la révélation de Christ comme libérateur (ch.4), venu délivrer ceux qui sont retenus captifs par la puissance de la mort, et indiquer quelle est la voie pour se repentir de ses péchés et obtenir Son intervention (ch.5).

Enfin, le dernier chapitre (ch.6) répond aux questions le plus souvent posées sur le sujet. 

Il nous a semblé que ce petit livre (90pp), écrit de manière claire, avait un triple mérite : il est à la fois courageux, sans polémique et il cerne de manière tout à fait biblique le problème de l’occultisme et de ses conséquences (poids du secret, hérédité, malédiction…), sans tomber dans « l’ésotérisme christianisé » (version charismatique). Peu cher (5€), facile à lire, agrémenté de récits, il contient de quoi interpeller les consciences travaillées ou concernées. Même si l’issue que propose l’auteur peut paraitre un peu théorique (« Six clefs vers le chemin de la liberté ») ou trop individualiste (la délivrance des âmes nécessite une autorité, celle dévolue à l’Eglise et aux ministères qui la composent), il n’en demeure pas moins que la liberté en Christ y est proclamée comme une vérité.

 Nous le prendrons avec nous cet été pour le mettre à l’épreuve, et vous en dirons plus.

 

S.Z.

 

Les commentaires sont fermés.