Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les protestants dans la France en guerre - 1939-1945 (III): L'accueil des Juifs

0001.jpgVoici une pierre de plus à la construction de la vaste histoire de la Shoah et du sauvetage des juifs en France, dont Serge Klarsfeld fut, certainement, le titanesque initiateur et non moins constructeur depuis les années 70.

Et quelle pierre que ce volume, publiée aux éditions de Paris, qui rassemble les contributions de plus de 25 chercheurs montés, toujours, à l’assaut des archives qu’Alexandre Doulut, dans les premiers chapitres, passe en revue pour fixer le cadre méthodologique de tout chercheur.

Après l’exploration de divers thèmes transversaux, les organisateurs des Cinquièmes rencontres du colloque de Lacaune ont voulu présenter une première synthèse des études consacrées, depuis 40 ans et par département, aux recensements des juifs, aux mouvements de population juive, aux arrestations, aux instructions de Vichy, à l’action des préfets, aux comportements individuels ou familiaux de résistance, de sauvetage, de « désobéissance », aux médias…

Autant d’éléments d’un questionnement que chaque auteur a tenté d’intégrer dans sa contribution pour tenter de dégager des typologies, toujours provisoires, toujours discutables selon l’échelle d’évaluation… Mais comment ne pas apprécier ce cas «moyen» qu’est l’Auvergne présentée par Martin de la Soudière. Plus encore ce cas particulier présenté par Patrick Cabanel qui fait focus sur le monde rural des contrées protestantes pour y dégager des échelles différentes de sauvetage. Contribution qui prend encore plus d’ampleur en la confrontant à la grande enquête, dirigée aussi par Patrick Cabanel, «Cévennes, Terre de refuge». Qu’on nous permette ici de rappeler combien les gendarmes ont souvent facilité, par la lenteur, la négligence, le sauvetage des juifs en Cévennes tandis que, comme le montre Alain Jakonzone, ils sont redoutables en Anjou. Mais, il manque à cette étude les données de Cholet, arrondissement, historiquement marqué par la résistance et le sauvetage à la Révolution, où il serait utile de découvrir comment ont fonctionné le couple arrestation-sauvetage. D’ailleurs, on ne peut que déplorer l’absence d’une étude sur la Vendée, en particulier le Nord-est, frappé d’une résistance charnelle.

Cela dit, la précision, la finesse et la rigueur des analyses explorant la France, dans le « sens des aiguilles d’une montre », dévoilent une histoire inscrite dans une France terrienne c'est-à-dire au plus près des hommes comme l’exige l’écriture historique d’événements si dramatiques.

F.B.

Les commentaires sont fermés.