Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Régénération dans le Réveil de la Drôme (1922-1938) (I) : généralités historiques

9782853040501FS.gifA la sortie de la première guerre mondiale, ces paroisses rurales ayant déjà souffert de l'exode, voient se répercuter dans leurs rangs la "saignée démographique" nationale (les populations des campagnes , la jeunesse et les élites intellectuelles sont les catégories les plus touchées). Mais aussi, le traumatisme de la mort à grande échelle participe à une indifférence religieuse généralisée. On en a trop vu. Elle se greffe sur un mouvement qui vient de plus loin, celui de la "libre pensée", anti-clérical et volontiers laïcard, auquel les hommes de la région ont adhéré massivement, créant un climat de méfiance, voire d'hostilité.

Les exposés abordent ainsi des aspects aussi divers que la formation théologique des pasteurs en poste, la situtation ecclésiale spécifique de la Drôme, véritable mosaïque confessionnelle issue des Réveils du siècle passé (darbysme, Armée du Salut, ER, ERE, méthodisme...), les théologies à l'oeuvre... Ils soulignent aussi le rôle des "Unions pastorales", mises en place par Tommy Fallot, dans la prise de conscience de la situation, puis dans la dynamique qui sera à l'oeuvre à la fois dans la Brigade et dans la réunification des Eglises réformées (1938). Dans le lieu de communion privilégiée qu'est l'Union pastorale du Sud de la Drôme, face à leur désarroi, les pasteurs vont se mettre à prier. Il y a là Champendal et Eberhard, les futurs Brigadiers.

Les articles sont entrecoupés de discussions entre les participants, qui parlent de leurs expériences, précisent, témoignent, enrichissent... Etrangement, le Réveil, au travers de Jean Cadier, est jugé assez sévèrement (accusé de moralisme, d'absence "d'engagement" sur les questions sociales...). Le doyen a l'air de s'excuser (il a depuis mis de l'eau dans son vin), comme mis en porte-à-faux ("Rappelez-vous que nous étions jeunes.") On est aussi frappé des préoccupations politico-politiciennes, donc inadaptées, au travers desquelles le Réveil est jugé lors de ces échanges. Mais il est vrai que nous sommes en 74, 3 ans après Eglise et Pouvoirs... Hors de la politique, point de salut!

La Motte-Chalancon, au départ du Réveil.jpg

Les commentaires sont fermés.