Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"L'affaire des poussettes renversées": chapitre 1

 

1.  Une “irritante question”…

Au départ de son formidable essai, Olivier Rey fait un constat, en apparence anodin ; le changement d’orientation des poussettes à la fin des années 60 :

 On est passés d’une situation où l’enfant faisait face à sa mère, à une situation où l’enfant fait face au monde.

Cette évolution mystérieuse est symbolique des nouveaux rapports entre adultes et enfants dans l’apprentissage : auparavant, la mère

Une folle solitude, ou “l’affaire des poussettes renversées”…

et l’enfant étaient tournés l’un vers l’autre, indiquant une relation de continuité dans la transmission d’une génération à l’autre. Aujourd’hui, l’enfant est à la proue et directement confronté au monde.

Mais que cela cache-t-il ?

C’est à cette question que répond le livre d’Olivier Rey, dans une enquête fouillée, terriblement intelligente et passionnante sur les enjeux de l’éducation et les problèmes dont elle souffre aujourd’hui (problèmes que l’on retrouve dans la sphère religieuse asservie aux illusions de la modernité, et qui peine à transmettre aux jeunes la vie de sa foi).

2. Proposition au lecteur du blog Jean Calvin :  

Mais c’est un livre exigeant. Alors voilà l’idée : nous vous proposons de le découvrir pas à pas au cours des futures semaines. Nous posterons une fiche de lecture en plusieurs temps, qui plantera les idées-force du livre, défrichera quelques axes de passage, et fournira les définitions de base. Nous espérons ainsi lever les plus grosses difficultés et vous encourager à le lire. Comme le disait George Steiner, « les choses excellentes sont difficiles ». Il faut parfois s’astreindre pour retirer d’une lecture un véritable bénéfice à long terme.

La lecture comme énigme et enquête de l’esprit

De ce point de vue, l’enquête policière est une belle allégorie de la lecture : au départ une énigme, un doute, une « irritante question », parfois un crime ; puis on rassemble les indices, on les recoupe ; on les traite avec méthode, on avance, lentement, vers la lumière. Il semble qu’Olivier Rey ait considéré son livre sous cet angle :

« Comme un détective privé qui, embauché pour une banale affaire d’adultère, se trouve mêlé à une affaire d’Etat, voilà qu’à chercher une réponse on se met à faire de surprenantes découvertes. » (p.10)

Nous tâcherons de suivre son travail en vous fournissant le matériel nécessaire à l’enquête, jusque dans les bas-fonds de l’ultra modernité.

Rendez-vous la semaine prochaine! Entre temps, vous pouvez acquérir le livre…

 

Les commentaires sont fermés.