Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

III. Lire Calvin parce que Sully l'a lu

 

7194.jpg

Sully n'était pas excentrique, il était marginal : il écrivait dans les marges.

Et les marges de son Institution montrent qu'il en faisait une lecture bien à lui, "assez dissemblable de la plupart des lecteurs réformés". Une lecture originale donc. Mais une "lecture docile", si l'on en croit Olivier MILLET dans le superbe catalogue Lecteurs de Calvin, Exemplaires annotés au cours des siècles. Olivier MILLET y étudie les annotations en marge de livres de Calvin qui ont passé par toutes sortes de mains, dont l'exemplaire de L'Institution de la Religion Chrétienne ayant appartenu à Sully et qui est le clou de l'exposition. 

Au travers de ses annotations, Sully nous donne une leçon de lecture calvinienne : "L'étude des annotations de l'exemplaire de Sully fait apparaitre un lecteur docile et intelligent, moins attentif aux thèses métaphysiques formulées par Calvin qu'à ce qui définit un rapport juste du fidèle à la révélation biblique. [...] Il note volontiers les principes auxquels l'exposé détaillé des idées se rattache, il en retient les dimensions les plus positives sur le plan moral et spirituel, et il s'imprègne de la méthode d'interprétation des textes bibliques caractéristique de Calvin". (p.85)

Duc_de_Sully_main.jpgIl est original et marginal d'être docile dans la lecture de Calvin. 

Il est plus original encore, voire carrément excentrique, de jubiler gravement à la lecture de ce merveilleux catalogue. 

Car il faut aimer lire Calvin, et aimer les livres de Calvin, qui deviennent des personnages à part entière, avec leur vécu et leurs mystères. Comment Calvin a-t-il été reçu, comment a-t-il été compris? Qui s'est penché sur sa théologie? Un livre vit quand il est lu, il dessine même les contours d'une communauté de lecture, très diverse. Lire Calvin revient à s'inscrire dans cette histoire paradoxale de lecture et de lecteurs, dans l'aventure d'un livre qui est lui-même une lecture du Livre.

Cela s'appelle la richesse d'une tradition marginale.

On peut donc lire Calvin parce que Sully l'a lu, et que la chaîne des lecteurs qu'il représente est une richesse. Quand à savoir si c'est une bonne raison... 

S.Z.

 

 

Commentaires

  • Amitiés à toute l'équipe de la librairie Jean Calvin.
    Ces petites politesses liminaires pour m'excuser de deux choses:
    1) je ne ferai pas de commentaire à proprement parler de l'article ci-dessus..
    2) je ne m'adresse en fait qu'à un membre de la librairie J.C., S.Z.

    Je me lance à présent sans vergogne dans mon propos!
    Salut S., petit bonjour d'Autriche! Je te contacte par le biais du blog parce que je me rends compte que nous n'avons pas échangé nos mails..
    Salue toute ta famille et tes amis de ma part, si l'idée te venait de faire un petit tour en Autriche, tu es le bienvenu.

    P.S: Tu as le bonjour de Mr Hermann Burgstaller, pasteur de Bernstein ( petit village pas loin du mien), qui a étudié à Montpellier et suivi des cours de Jacques Ellul, auteur qui l'a beaucoup marqué.. (je vais vraiment finir par croire que le monde est petit!)
    A bientôt,

    C.M

  • T'es le meilleur christophe! à tout de suite je te recontacte...
    stef

  • Tu peux m'écrire sur contact@librairiejeancalvin.fr comme ça j'aurai ton adresse... ce sera mieux!

Les commentaires sont fermés.