Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livres, recensions et fiches de lecture - Page 2

  • Qui sont les chrétiens du Coran?

    Capture d’écran 2015-01-14 à 11.09.00.pngQui sont les chrétiens du Coran? A quelle tradition chrétienne Mahomet a-t-il pu avoir affaire? Quelles sont les sources textuelles chrétiennes présentes dans le Coran? Ont-elles pu influencer la doctrine de l'Islam?

    Autant de questions auxquelles ce livre répond en 150 pages, dans une enquête historique extrêmement intéressante, où l'on apprend beaucoup de choses.

    L'auteur retrace le destin d'une branche de la première communauté chrétienne après la destruction de Jérusalem ; il s'agit des "judéo-chrétiens", ceux qui ont refusé l'enseignement de Paul et sont restés attachés à la pratique de la Loi juive. Il étudie ensuite qui sont les 'nazaréniens' dont parle le Coran, et cherche à identifier quel type de christianisme il reflète. Enfin, il tente de démêler les influences judéo-chrétiennes sur le Coran.

    Le livre est  une  vulgarisation sérieuse, claire bien que parfois un poil technique, des recherches actuelles sur la naissance de l'Islam. C'est très éclairant, et à connaître.

    Pour en savoir un peu plus : Avis du libraire sur Librairie Jean Calvin.fr

    Niveau de lecture : 3/5 (lecteurs compétents). (pour indice, 1/5 c'est Toujours Joyeux, et 5/5 Heidegger).

     

  • Nouveau commentaire du prophète Esaïe

    En cette fin d'année, à noter un dernier événement : la publication d'un Commentaire biblique d'Esaïe. Avec ce premier volume, la Mission Timothée vient combler un manque ; il n'existe pas, à l'heure actuelle, de commentaire complet en français, d'inspiration évangélique, sur ce livre (celui de Youngblood étant épuisé). Sa spécificité la plus intéressante et la plus originale, sans doute, est son ancrage dans la pratique pastorale de la Mission Timothée : l'oeuvre en faveur des désespérés. Les textes prophétiques y prennent une résonance impressionnante. 

     

    14631.jpg

    "La prophétie d'Esaie concerne autant la vie personnelle que celle de l'Eglise. Ses oracles sont riches en enseignements de tous ordres. Le pasteur y trouve une moisson abondante d'instructions propres à apporter une aide aux croyants souffrants. Les chrétiens peuvent y découvrir la cause de nombre de leurs difficultés spirituelles et connaître l'origine des malheurs qui atteignent parfois le peuple de Dieu. 

    Si Esaïe nous révèle les sources et les conséquences de toutes sortes de malheurs, il apporte aussi une vision lumineuse du salut. Véritable mine de trésors, il nous montre comment poser les pieds sur le roc de la vérité en livrant nombre de promesses divines qui annoncent à notre foi une délivrance certaine. 

    C'est dans une perspective pastorale et d'édification spirituelle que ce livre est abordé. Les prophéties d'Esaïe contiennent un message pour nous dans toute notre vie, aussi la méditation de ce livre contient des applications spirituelles adaptées à notre contexte personnel, familial et socio-culturel (Extraits de la 'Préface')." 

  • "En toute occasion..." : positions et propositions théologiques de Paul Wells

    9782905464989.jpgPar bien des aspects, la théologie calviniste est aujourd'hui la plus constructive des résistances à l'esprit du temps. Et Paul Wells, qui fut professeur de théologie systématique à la Faculté Jean Calvin d'Aix-en-Provence, en est un représentant à la fois rare, original et fidèle en francophonie. Et ses multiples articles constituent autant de repères.

    "Depuis un quarantaine d'années, nous sommes nombreux à avoir lu et apprécié les écrits de Paul Wells. Voici une sélection de quarante articles, portant sur une diversité impressionnante de sujets : exégèse, présentation approfondie de thèmes bibliques, questions d'apologétique. Paul Wells, qui s'exprime de manière claire et directe, sans s'adonner à la langue de bois, communique ainsi avec un large public évangélique. Ses lecteurs apprécieront avec reconnaissance d'être ainsi aidés à structurer leur pensée, à renouveler leur compréhension de la Parole et, ainsi, à approfondir leur amour pour son auteur, le Dieu de Jésus-Christ."

    Don Carson

    Ce livre-somme est donc à se procurer comme une référence.

    Je note pour les amis une synthèse intéressante sur les rapports Eglise/Etat dans la théologie réformée, sur la famille chrétienne (excellent) et sur le pastorat féminin.

    En voici la table des matières, pour avoir un aperçu des sujets traités : Table des matières.

  • Les 95 thèses de Luther : retour aux sources

    14363 (1).jpgL'épicentre de la Réforme est un texte qui tient en quelques pages : Les Quatre-Vingt-Quinze Thèses de Martin Luther, parues en 1517.

    Puisque nous nous préparons, en 2017, à commémorer les 500 ans de cet événement fondateur, les Editions Olivetan nous en livrent une édition critique, par les soins de Matthieu Arnold

    L'introduction, conséquente et limpide, met en évidence la structure du texte, et fait ressortir les enjeux théologiques dont l'impact se poursuit jusqu'à aujourd'hui.

    A avoir impérativement, si l'on ne possède pas, par malheur, le volume Luther de la Pléiade...

     

  • Vie et mort de Jean Cavaillès (1903-1944)

    13436.jpgLes marchés sont souvent le lieu de rencontres inattendues et bienvenues ; ce fut par exemple le cas cette année avec André Rosenberg, auteur d'un terrible et complet Les enfants dans la Shoah (Editions de Paris), ou encore plus récemment de Bernard Pudal, professeur de science politique à Paris X - Nanterre et spécialiste du communisme.

    L'occasion de la discussion fut ce petit livre du philosophe Georges Canguilhem, consacré à la "logique de l'engagement" de Jean Cavaillès dans la Résistance, soulignant la continuité entre la rigueur de sa pensée et l'action armée, jusqu'au martyre.

    Bernard Pudal, qui en savait un rayon, a en fait consacré une notice biographique à ce personnage atypique, philosophe des sciences, mathématicien, et protestant, dans Le Maitron / Dictionnaire biographique / Mouvement ouvrier, mouvement social, 1940-1968, Editions de l'Atelier.

    L'auteur nous a aimablement transmis sa notice ; elle introduira le lecteur au Dictionnaire, et plus largement, à la vie de Cavaillès:

    "...si on lui survit,

    c'est qu'on a fait moins que lui."

    Télécharger ici la notice.

    Le Dictionnaire est une oeuvre collective énorme, dirigée par Claude Pennetier ; 45 volumes pour la période 1789-1940, et "encore au travail puisque la période 1940-1968 est en voie d'achèvement". Il est accompagné d'un support CD-ROM, et toute une partie des notices est accessible en ligne ( http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/) 

    9782708238824_1_75.jpg

  • De l'aisance aristocratique à la foi, André de Chabannes

    13945.jpg

    « Faire la route », une mode, un art de vivre ? Que cache une telle errance, cette folle liberté ? Il faut l’avoir vécue de près pour en parler avec quelque vérité. Arraché à l’aisance aristocratique, trahi par sa mère, André très jeune, est précipité dans la dure expérience de la route, la solitude, la drogue. A travers ce texte nous suivons ses pas qui l’ont conduit des chemins caillouteux, du pavé des rues incertaines… aux portes de la grâce. Jusqu’à fonder une famille et s’intégrer à un peuple plus nombreux dont les liens d’amour tissent l’Eglise. Par ce témoignage, André dévoile aussi les raisons profondes qui nous poussent à créer un abri pour accueillir ceux qui, chassés loin de leur demeure en ruine, désirent étancher leur soif. Rassasier leur âme. « Reçois dans ta maison le malheureux sans abris (…) partages ton pain (…) dénoue les liens de la méchanceté… renvoie libre. »

     

    « Ma première rencontre avec ce manuscrit fut d’une émotion tout aussi intense qu’imprévue. André y exprime avec des mots justes, choisis, la souffrance des exclus, leurs parcours. J’y trouvais l’écho de ma propre vocation. Ce récit peut s’écouter comme une longue confidence, le cœur disponible. Un peu comme une promenade où l’on prend le temps d’être avec l’autre. De communier comme un bonheur qu’on savoure. On quitte à regret un tel livre tant on voudrait prolonger ce moment. »

    Daniel Issarte, pasteur et responsable d’une maison d’accueil protestante en Cévennes. 

    Et un petit extrait : 

    « Ce que j’étais en train de vivre, il m’a semblé qu’il ne me serait jamais possible de le décrire. La pluie, le froid. Trouver un manteau. Tout se paie : l’eau à boire, le morceau de viande, le pain. Il ne me restait plus qu’à marcher. Par un ultime soubresaut d’existence. Sans s’arrêter. Avancer pour ne pas tomber. Avancer pour aller plus loin. Plus loin est comme ici. Alors, plus loin encore. Jusqu’à ce que je me rende compte qu’il n’y a plus, de ‘‘plus loin’’. Que plus loin est ici. »

  • La haute finance protestante au temps de Balzac : Edouard André

    13801.jpgEdouard André (1833-1894) aurait pu être un personnage de la Comédie humaine. Fils de banquier, héritier richissime, collectionneur, il est un maître du nouvel ordre que dépeint Balzac au XIXe, régit par l'argent.

    Pas n'importe quelle banque. La Haute Banque protestante. Avec ses grandes familles (les Delessert, les Mallet, les Hottinguer...), ses alliances, les opérations réussies, les ratées aussi (toujours moins nombreuses). A cette époque, leur fortune vaut celle d'un Rotschild.

    Le lecteur suit l'impressionnante ascension des André au cours des siècles. Réformés de la première heure, ils s'installent à Nîmes en 1600 et fondent une maison de négoce qui prospère, puis s'internationalise en trois générations. L'étranglement du protestantisme sous Louis XIV ne les fait pas fuir; ils se dotent d'une structure à Gênes et à Genève, se diversifient. Au cours du XVIIIe, leur argent sert à améliorer le sort des galériens, mais ils se méfient de Paul Rabaut, des cultes au Désert ; les hommes sont aux affaires, lisent Voltaire, et les femmes s'édifient entre elles, au logis.

    Le XIXe est le théâtre de leur apogée, avec la fondation de leur banque parisienne et le succès de leurs différents placements : immobilier, chemin de fer, etc... Sur le plan religieux, ils sont bienfaiteurs de La Cause protestante; membres du Consistoire de Paris, acteurs de la Société de la morale chrétienne, etc... Philanthropie et notabilité font chez eux bon ménage. Mais ce sont les femmes, surtout, que l'on retrouve engagées, porte-feuille à l'appui, dans le Réveil. Mira André-Rivet, la grand-mère d'Edouard, est la doyenne des femmes qui se réunissent à la "Chapelle Taitbout", phare du revivalisme dans la haute société protestante. Elles financent les oeuvres, l'évangélisation, témoignent de leur expérience de conversion avec un zèle parfois dérangeant.

    Elevé dans ce climat, entre affaires et foi, Edouard perpétuera l'aide au protestantisme, mais se passionnera comme ses pères, pour sa collection d'art et la construction d'édifices dignes de l'accueillir. Jusqu'à léguer à la postérité cet hôtel splendide qui est aujourd'hui le Musée Jacquemart-André.

    Balzac disait qu'à l'origine de chaque grande fortune, il y a un crime. Nous n'en saurons rien. Mais c'est  un beau cas pratique à la Max Weber que nous expose ici Virginie Monnier : l'éthique protestante et l'esprit du capitalisme réunis dans une épopée familiale très dépaysante.

    A lire aussi : Daniel DESSERT, Les Daliès de Montauban, Une dynastie protestante de financiers sous Louis XIV, Perrin, 2005

    Et encore : Max WEBER, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Pocket

    et pour les plus motivés : Herbert LUTHY, La banque protestante en France de la Révocation de l'Edit de Nantes à la Révolution, EHESS

    Visiter le site du Musée Jacquemart-André :

    édouard andré,virginie monnier,banque protestante, protestantisme au xixe s.,xixème,musée jacquemart-andré,éthique protestante et esprit du capitalisme,nîmes,le vigan

  • Errances (II), un nouveau recueil de témoignages

    mission timothée,conversion,témoignages,témoignages de conversion,protestantismeNous avons reçu la palette du nouveau Errances !

    Ce deuxième volume reprend en fait le tout premier recueil de témoignages qu'avait édité la Mission Timothée (mais aujourd'hui épuisé), auquel ont été ajoutés des inédits. 

    On se réjouit de lire ces tranches de vie, qui attestent que Dieu est bien vivant, et qu'il agit aujourd'hui encore en faveur d'hommes et de femmes perdus, pour "arracher leur vie à la tombe et faire briller sur eux la lumière des vivants." 

     

     

     

     

  • [Livre] Jean Calvin, Traité des scandales

    scandales2.pngL’un des plus beaux textes de Calvin est sans doute son traité Des scandales.

    Publié en 1550, le traité est à la fois édifiant et polémique. Alors que les réformés connaissent en France un renforcement de la persécution et que la doctrine qu’ils prêchent est attaquée de toutes parts, Calvin entreprend de défendre leur foi, de l’armer dans l’adversité, ainsi que de dénoncer les fausses accusations.

    Mais le traité Des scandales a aussi une visée plus pastorale. 

    [Lire la suite...]

  • "Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines..."

    3218.jpgCette très belle expression, tirée du prophète Esaïe, résume parfaitement le livre de Néhémie. Voici la présentation du Commentaire qu'en a fait la Mission Timothée, récemment réédité:

    Lorsque Néhémie arrive à Jérusalem, en 445 avant J.-C., les murailles et la vie spirituelle du peuple juif sont dans un triste état : tout est à reconstruire.

    Mais la tâche est immense, et les obstacles nombreux, comment s'y prendre? Ce livre suit pas à pas la grande oeuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui.

    Il fraie un chemin certain où tous ceux qui désirent participer à l'édification de l'Eglise, à sa consolation, et à l'avènement du Royaume de Dieu pourront s'engager avec zèle et conviction. Face à la pauvreté ou à l'échec de bien des vies, il existe un espoir de renouveau: dans l'écoute de la Parole et le retour à Dieu, la promesse de la réparation de ce qui a été détruit par le mal prend vie, et nourrit la foi de ceux qui s'y attachent.

    A la fois spirituel, pratique et vivant (dans le même style que ceux de John Stott), ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.