Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique et société - Page 2

  • Dans la nuée : réflexions sur le numérique

    Capture d’écran 2015-11-26 à 20.03.51.pngLe dernier prix Bristol des Lumières a été décerné à Byung-Chul Han, pour son essai Dans la nuée, réflexions sur le numérique (Actes Sud).

    Il n'est pas évident de penser le numérique (tant le numérique participe à l'engourdissement de l'analyse), et les modifications profondes qu'il engendre dans notre rapport au monde, à la société, à la politique, à l'altérité.

    Mais dans ce bref écrit (une centaine de page), le philosophe met à jour les tensions entre la galaxie Google et la liberté. Pour lui, le véritable problème se situe à l'interface du public et du privé; l'abolition de cette frontière conduit d'une société de la transparence à une société du contrôle auquel les individus se soumettent par un désir personnel :

    "La société de contrôle est accomplie lorsque ses membres se confient non plus sous l'effet d'une contrainte extérieure mais sous l'impulsion d'un besoin personnel, lorsque la peur de dévoiler sa sphère privée et intime est remplacée par le besoin impudique de l'exposer au grand jour, c'est-à-dire, par conséquent, lorsque la liberté et le contrôle sont devenus indistinguables." (p.94).

    L'aliénation est d'autant plus indolore qu'en congédiant le réel, le virtuel fait entrer le citoyen dans un monde de positivité pure (Facebook ne permet que des J'aime) ; il remédie à la souffrance de l'homme concret, pris dans des dialectiques douloureuses liées à "l'ordre terrestre" (Heidegger): entre l'amour et la haine, le passé et le futur, entre le proche et le lointain (le numérique est présence immédiate), etc... Or ce sont ces tensions dialectiques du réel qui obligent l'homme à réfléchir.

    L'auteur dresse ainsi l'inventaire des enjeux de notre consommation digitale. C'est fin et ciselé, et peut-être nécessaire à modérer notre engouement pour les possibilités de la Toile.

     

     

  • Olivier Rey revient à la Librairie Jean Calvin

    Capture d’écran 2015-09-25 à 14.14.41.png

    Capture d’écran 2015-09-25 à 14.15.06.png

  • Evolution et Création : "Mes pensées ne sont pas vos pensées"

    Il serait possible d'en parler des heures, tant le sujet est important et intéressant, tant le livre de Jean-Pascal Sanchez est utile pour trouver ses repères dans le débat.

    Avant de vous en faire une recension plus détaillée, voici le 4e de couverture de cette nouvelle parution des éditions de la Mission Timothée, consacrée à la Création et à l'évolution, et destinée à tous ceux qui s'interrogent sur ces questions difficiles. 

    Capture d’écran 2015-07-20 à 11.23.48.png

     

    "La science n'a pas épuisé le mystère qui entoure l'apparition de la vie. Elle n'a pas non plus fait taire les discours philosophiques et religieux qui, à leur manière, continuent de creuser la question de nos origines. Mais elle est devenue le moyen d'investigation privilégié ; son autorité s'est imposée au prix d'une remise en cause de la Révélation biblique - notamment par la théorie de l'évolution - suscitant défenses, controverses, et réinterprétations des Textes saints.
    L'ardeur des discussions ne doit pas nous surprendre. Elle vient des limites de la raison, qui se heurte sans cesse à quelque chose qui la dépasse. Pascal le disait : devant l'étendue des choses à connaître, notre intelligence est aussi limitée, aussi infime, que notre corps dans l'univers. Elle est à la fois incapable de tout sonder, et de tout ignorer, ce qui fait notre angoisse. La Bible le dit aussi : "Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre... autant mes pensées sont élevées au-dessus de vos pensées". Fondamentalement, l'oeuvre de Dieu échappe aux prétentions humaines à la saisir.
    Dans cette perspective, Jean-Pascal Sanchez présente et déplace les termes du débat, ce qui donne au livre son originalité. Remettre la raison à sa juste place implique une critique de l'orgueil scientiste ainsi que des théologies qui transforment la Parole en idéologie militante. Mais cela redonne aussi à la Révélation tout son sens, et il est alors possible de dégager des certitudes pour le Salut. 
    Car c'est bien dans ce but que la Parole a été donnée."

    Jean-Pascal Sanchez est agrégé des Sciences de la Vie, de la Terre et de l'Univers.

  • "Les printemps arabes, l'impossible stabilité?" Frédéric Encel à la Librairie Jean Calvin de Cholet

    Capture d’écran 2015-06-12 à 15.48.08.png

    Capture d’écran 2015-06-12 à 15.48.35.png

  • Pop Théologie

    Capture d’écran 2015-04-07 à 10.45.37.png

    Blue Jean Calvin Klein, Philippe François, De Calvin à Godard (1509-2009)

    La Réforme de la Réforme

    Philippe Muray l’avait écrit dans les années 80 : « Le monde est plein d’idées protestantes devenues folles ». Sous la plume de Muray, ce n’est pas un compliment. Chez Mark Alizart, en revanche, l’idée permet d’éclairer tout un pan de notre postmodernité.

    Protestants et modernes ont en effet cru à leurs destins communs, et ce lien a été théorisé, sur un certain plan, par Max Weber. L’éthique du protestant qui n’a plus à se préoccuper de « faire » son salut, c’est le « devoir » (beruf) ; et le « devoir » comme style de vie, est productif : le travail devient une vocation et la tempérance une ascèse « intra-mondaine ». Peu de dépenses, beaucoup de labeur, ce sont les clefs de la réussite capitaliste. Mais ce sont aussi les clefs d’un « désenchantement du monde » : sous leur action, le réel devient un outil à rationaliser et la société se sécularise.

    Cette impulsion enracinée dans la Réforme (le puritanisme surtout) connaît avec le temps, et en raison de son succès, un épuisement, une « pétrification ». La doctrine qui fut libératrice sur le plan spirituel, devient mécaniquement une nouvelle Loi – une « cage d’acier » – étendue à la société toute entière.

    Pour Mark Alizart, les Réveils protestants des XVIIIe-XIXe – piétistes et méthodistes – ont alors correspondu à une Réforme de la Réforme, et, par leur ampleur, à une réforme de la modernité occidentale. Ainsi :

    C’est grâce à eux qu’une « postmodernité » consistante est née, par quoi s’entend non pas une modernité continuée, mais une modernité régénérée, ou plutôt réformée, partant « enchantée ». » (p.17)

    Le Réveil, en s’infusant dans la culture moderne, lui donne un nouvel élan, non plus fondé sur le « devoir » de la réussite matérielle, mais sur celui de la « construction » de soi (Bildung). Car le Réveil remet l’individu au centre du Salut ; voilà pourquoi naissent à cette époque les romans d’apprentissage (Bildungsroman), la sensibilité romantique du « moi », etc.

    Dans cet essai qui embrasse large (théologie, sociologie, philosophie, histoire, histoire de l’art, etc…), au risque de mal étreindre, Mark Alizart réussit néanmoins une mise en perspective audacieuse et très intéressante. Du « Enjoy » de Coca-Cola, centré sur l’épanouissement individuel, aux grandes figures (et théories) de l’art contemporain, en passant par les références évangéliques des blockbustersLa Guerre des étoiles) et des love songs, les racines protestantes de la culture pop deviennent transparentes. Jusque dans cette mentalité égotiste, où la foi n’est plus qu’un mot pour désigner la force de se réaliser soi-même.

    Mark Alizart est philosophe et critique d'art.

    Lire la suite...

  • Jean Brun (3) : Surabondance

    jean brun,protestantisme,philosophie,histoire de la philosophie,protestantisme et philosophieJean Brun mérite une (re)découverte et fait partie de ces penseurs que les protestants devraient lire. Parmi ses meilleurs livres, il y a L'Europe philosophe, une introduction à la philosophie (européenne), dont il dresse un brillant panorama synthétique et (puissamment) critique. Une sorte d'histoire de la philosophie à la lumière de l'Ecclésiaste, valable tant pour les étudiants que pour les curieux.

    Voici donc notre dernier volet de présentation : lire la suite.

     

     

  • Jean Brun (2) : L'absence et l'angoisse

    Capture d’écran 2015-03-13 à 15.04.55.pngSuite à la parution aux éditions Kerygma de Jean Brun, philosopher avec foi, nous poursuivons notre présentation de ce philosophe protestant méconnu. 

    Il inaugure une petite série : "Qui sont les intellectuels que les protestants devraient lire?"

    (A noter au passage que Franck Belloir lui a consacré une notice dans l'INDISPENSABLE Dictionnaire biographique des protestants français (Editions de Paris-Max Chaleil)).

    Jean Brun naît à Agen en 1919, dans une famille protestante avant de partir faire sa classe de philosophie au lycée de Toulouse, où il a comme professeur Georges Canguilhem. Bachelier ès lettres en 1937, il part poursuivre ses études à la Sorbonne.

    Le jeune Brun grandit dans une époque traumatisée... 

    Lire la suite.

     

    A lire de Jean Brun:

    Capture d’écran 2015-03-13 à 15.03.33.pngCapture d’écran 2015-03-13 à 15.04.55.pngCapture d’écran 2015-03-13 à 15.02.45.png

  • Qui sont les intellectuels que les protestants devraient lire?

    Qui sont les intellectuels que les protestants et les évangéliques devraient lire aujourd'hui ?

     

    photo 2.JPGLe premier d'entre eux, c'est le philosophe protestant et injustement méconnu, Jean Brun.

    Cela tombe bien, les éditions Kerygma lui consacrent un volume qui permettra à tout un chacun de  découvrir sa pensée : Philosopher avec foi, Jean Brun (1919-1994), édité par Yannick Imbert.

    Le livre réunit quelques participations introductives, puis des textes brefs de Jean Brun lui-même, parus en divers endroits et qui n'étaient guère accessibles.

    Pour prendre la mesure de son importance et de son intérêt, voici quelques extraits de la présentation de Franck Belloir, que vous retrouverez p.3.

    Lire la suite...

     

  • Le prix "Bristol des Lumières" pour Une question de taille d'Olivier Rey

    Capture d’écran 2015-01-28 à 11.38.40.pngL'essai d'Olivier Rey, Une question de taille, dont nous vous avions fait part pour sa sortie, a reçu le "prix bristol des Lumières".

    Présentation sur notre site : ici.

    Présentation du prix "Bristol des Lumières" : ici.

    Olivier Rey était aussi l'invité de La grande table, sur France Culture; on peut l'écouter ci-dessous:

     

  • Les dernières conférences de la librairie sont en ligne!

    Capture d’écran 2014-12-10 à 13.24.58.pngToutes les conférences organisées par la Librairie Jean Calvin sont ensuite disponibles sur notre site : ceux qui les ont manquées ou voudraient les réentendre peuvent profiter de l'onglet "MULTIMEDIA" qui les archive ; et la collection devient doucement conséquente!!

    Dans les dernières mises à jour : Catherine Chalier, pour "Transmettre de génération en génération", et dont nous conseillons vivement la lecture de son livre, la conférence ne pouvant que servir d'introduction à son riche contenu.

    Mais aussi Emmanuel Pasquier, pour "La guerre juste existe-t-elle?"

    A l'heure actuelle, vos libraires vous concoctent un programme exotique et intrépide pour l'année 2015... Rendez-vous prochainement pour plus d'infos!