Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Janet Teissier du Cros, une écossaise en Cévennes au temps des "années noires"

Capture d’écran 2017-05-19 à 15.22.25.png

 

Que liront les amoureux des Cévennes cet été ? Que liront les vacanciers pour s’immerger dans ces contrées solaires ? Cette année, nous leur conseillerons les mémoires, inédites en Français, de Janet Teissier du Cros.

 

Paru en anglais sous le titre Divided Loyalties, Le chardon et le bleuet raconte, à la première personne et avec beaucoup de sel, les péripéties d’une écossaise en Cévennes pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Janet a épousé François Teissier du Cros, polytechnicien et chercheur issu d’une famille protestante bien connue du Viganais, implantée à Valleraugue. Née dans la haute société écossaise, Janet reçoit une éducation « européenne », apprend le français et l’allemand, perfectionne son piano en Autriche, où elle fréquente le salon de Klara Wittgenstein, qui est alors un des hauts lieux de la culture viennoise. Cette jeune mondaine, qui ne perd pas une occasion de s’amuser, aime les grandes villes et voyage beaucoup, va se retrouver prise au piège de l’Occupation. Son mari fait prisonnier de guerre après la Défaite, elle se retrouve seule dans ce village des Cévennes.

 

Le lecteur découvrira alors, avec beaucoup d’intérêt, la chronique d’un microcosme tiraillé par les doutes, les allégeances diverses, en prise avec les nécessités quotidiennes, les privations, les découragements et les espoirs des « années noires ». Il croisera des pasteurs-résistants (Olivès, Couderc, Henri Nick…), les jeunes maquisards et une communauté de réfugiés de tous horizons ; mais aussi une troupe d’anthropologues, dont Claude Levi-Strauss et ses parents, qui occupent discrètement leur maison de Camcabra. Il ira de Nîmes à Camprieux, en passant par Valleraugue et Mandiargues – noms de pays aux résonnances proustiennes pour qui les a fréquentés au temps des grandes vacances. L’écriture, enlevée et perspicace, parfois insolente, participe à ce vif plaisir de lecture, qui ne peut que s’accentuer d’une lecture en contexte.

 

janet teissier du cros,cévennes,cycle protestants dans la france en guerre 1939-1945,le vigan,valleraugue,occupation

Les commentaires sont fermés.