Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jonathan Edwards, entre Réveil et Raison

 

Capture d’écran 2016-01-29 à 15.33.15.png

La scène se passe en Nouvelle-Angleterre, terre d'élection des Puritains, Canaan protestante. Le Nouveau Monde et ses immenses territoires "vierges", des communautés de chrétiens fervents, des enjeux de pouvoir, la création des prestigieux campus d'Harvard et de Yale (au départ centrés sur la formation des pasteurs), les Indiens, la Frontière... Et le Grand Réveil de 1740.

 

Le Réveil qui secoue les colonies bouleverse l'ordre établi, transgresse les hiérarchies, et pose un certain nombre de questions, théologiques, politiques et sociales. Quel va être le rôle de Jonathan Edwards?

 

Pasteur descendant d'une famille influente de la région, prédicateur, écrivain (certains de ses sermons sont devenus "cultes"), Edwards sera un propagateur et un défenseur tout à fait original du Réveil. Loin de souscrire au rationalisme des Lumières mais en tension avec la science de son temps, il prêchera une doctrine répondant aux enjeux de sa génération, centrée sur l'expérience personnelle des vérités bibliques. De sorte qu'il incarnera ce qu'on a pu appeler un "calvinisme expérimental". 

 

Sa mémoire paradoxale, son influence sur le protestantisme évangélique, mais aussi la naissance d'une culture et d'une sensibilité spécifiques par le Réveil (Voir Mark Alizart, Pop théologie) en font une figure incontournable de l'histoire religieuse comme de celle des Etats-Unis. A travers cette biographie passionnante et complexe, Roy Carpenter nous donne la possibilité de le découvrir.

 

Pour une vue d'ensemble : Podcast Conférence // La conquête de l'Amérique du Nord... // Bertrand Van Ruymbeke

Les commentaires sont fermés.