Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Du soleil dans les livres : les lectures de votre été

    photo (2).JPG

    Il semblerait que l'été soit enfin là... Quoi qu'il en soit, voici quelques livres pour l'agrémenter.

    3066.jpg♥♥♥♥ Jean Martheile, Mémoires d'un galérien du Roi-Soleil, Mercure de France, 6,90€

    Les Mémoires de Jean Martheile sont l'un des plus beaux textes dignes de figurer dans une Bibliothèque idéale du protestant français.

    Jean Martheile, condamné aux galères perpétuelles en 1701 pour avoir voulu fuir le Royaume de France, nous raconte les cruelles pérégrinations d'un jeune homme protestant après la Révocation.

    Son récit, très émouvant et haut en couleurs, est un témoignage incomparable de la résistance des huguenots pour la foi. Désormais classique, il est à redécouvrir dans l'excellente collection du Mercure de France, en poche, "Le temps retrouvé".

     

    12056.jpg

    ♥♥♥ Marjolaine Chevallier, Le Ci-devant batârd, Le Croît-Vif, 14,50€

     

    Les amateurs de romans historiques avaient déjà pu apprécier le premier livre de l'auteure, Psaumes interdits, paru en 2012.

    Ici, nous sommes transportés un siècle plus tard, de la 2ème moitié du XVIIIe siècle à l'époque napoléonienne; François, le "ci-devant batârd", devenu vieux revient sur ses souvenirs du Désert, et la période troublée qui conduisit à la reconnaissance des protestants.

     

     

    12457.jpg♥♥♥ Tracy Chevalier, La dernière fugitive, La Table Ronde, 22€

    Quand Honor Bright se décide à franchir l'Atlantique pour accompagner, au cœur de l'Ohio, sa sœur promise à un Anglais fraîchement émigré, elle pense pouvoir recréer auprès d'une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker : broderie, prière, silence. Mais l'Amérique de 1850 est aussi périlleuse qu'enchanteresse ; rien dans cette terre ne résonne pour elle d'un écho familier. Sa sœur emportée par la fièvre jaune à peine le pied posé sur le sol américain, Honor se retrouve seule sur les routes accidentées du Nouveau Monde.

    Très vite, elle fait la connaissance de personnages hauts en couleur. Parmi eux, Donovan, «chasseur d'esclaves», homme brutal et sans scrupules qui, pourtant, ébranle les plus profonds de ses sentiments. Mais Honor se méfie des voies divergentes. En épousant un jeune fermier quaker, elle croit avoir fait un choix raisonnable. Jusqu'au jour où elle découvre l'existence d'un «chemin de fer clandestin», réseau de routes secrètes tracées par les esclaves pour rejoindre les terres libres du Canada. 

    Portrait intime de l'éclosion d'une jeune femme, témoignage précis, La Dernière Fugitive confirme la maîtrise romanesque de l'auteur du best-seller La Jeune Fille à la perle.

    L'amour et l'Occident.png♥♥♥♥ Denis de Rougempont, L'amour et l'occident, 10/18, 9,60€

     

    L’Occident, c'est avant tout une conception de l'Amour. Denis de Rougemont rejoint l'actualité la plus brûlante en traitant ce sujet éternel qu'il a su entièrement renouveler. Il a mis l'accent avec une autorité exceptionnelle sur les valeurs de fidélité que l'homme ne peut nier sans se condamner à la perdition.

    Lire la suite...

     

     

     

  • Clichés black and white à la Nuit des Camisards

    NDC1.JPG

    Aide des diacres après les misères du vent.

    NDC4.JPG

    Franck B.

    NDC3.JPG

    Stand monté. Résultat élégant des toiles blanches tendues.

    NDC2.JPG

    Working classe.

    NDC5.JPG

  • Chrétien, l'autre nationalité: le nouveau dossier de Christ Seul

    Chretien-l autre nationalite.jpgLa quête de reconnaissance des évangéliques dans l'espace public, leur désir d'influencer le politique, et de promouvoir des "valeurs chrétiennes" pose un problème théologique grandissant au sein des églises.

    L'enquête magistrale du sociologue Philippe Gonzalez (Que ton règne vienne, Labor et Fides), a récemment permis une prise de conscience des dangers de cette prétention.

    Le dernier dossier de Christ Seul (Editions Mennonites) revient, en quelques brefs articles, sur cet enjeu de taille : comment comprendre cette double appartenance du chrétien au Royaume de Dieu et à la "cité d'en-bas"?

    Pour ce faire, les auteurs questionnent différents slogans ayant cours dans le monde évangélique, véhiculés notamment par les chants de Jeunesse en Mission :

    Qu'est-ce que cela veut dire quand l'on proclame le nom de Jésus-Christ sur notre pays? Faut-il prier pour avoir un président chrétien? Faut-il militer pour une reconnaissance de l'héritage judéo-chrétien dans nos pays occidentaux ? Que penser de la devise "Changer les coeurs pour changer la nation", etc...

    Autant de questions abordées avec clarté, simplicité, et dont le mérite est de dévoiler les nouvelles confusions à la mode tout en insistant sur l'appartenance première du chrétien à la "cité d'en-haut".

    Ce dossier constitue une nouvelle étape dans la prise de conscience nécessaire de ces dérives, mais demanderait d'aller plus loin. Dans un article de 2005, paru dans Théologie évangélique, Sébastien Fath faisait une distinction utile entre la recherche d'une "Cité de Dieu" ou de "Dieu dans la cité". 

    Les évangéliques français seraient, en général, plutôt partisans de "Dieu dans la cité", c'est-à-dire d'une influence positive de la foi, dont les répercussions sociales accepteraient le jeu laïque/démocratique sans chercher de suprématie. Une ambition moindre que la "Cité de Dieu" et l'espoir d'un dominion chrétien, théocratique, où la Loi de Dieu serait imposée à toute la société.

    Or il me semble que "Cité de Dieu" et "Dieu dans la Cité" participent au fond d'un même état d'esprit, même s'il se coule dans des moules politiques différents, laïque/démocratique ("Dieu dans la Cité") ou théocratique ("Cité de Dieu"). Et cet esprit est celui que motive une quête de reconnaissance, de visibilité et, malgré tout d'appartenance au monde, sous prétexte de "témoignage" (quels compromissions ce terme n'aura-t-il pas suscité!). 

    Quoiqu'il en soit, un dossier qui arrive à point et rentre dans des préoccupations importantes. A lire, donc!

    Contributeurs: Neal Blough, Nicolas Farelly, Philippe Gonzalez,Christophe Paya, Michel Sommer, Marie-Noëlle von der Recke, Thomas Gyger.

  • De l'aisance aristocratique à la foi, André de Chabannes

    13945.jpg

    « Faire la route », une mode, un art de vivre ? Que cache une telle errance, cette folle liberté ? Il faut l’avoir vécue de près pour en parler avec quelque vérité. Arraché à l’aisance aristocratique, trahi par sa mère, André très jeune, est précipité dans la dure expérience de la route, la solitude, la drogue. A travers ce texte nous suivons ses pas qui l’ont conduit des chemins caillouteux, du pavé des rues incertaines… aux portes de la grâce. Jusqu’à fonder une famille et s’intégrer à un peuple plus nombreux dont les liens d’amour tissent l’Eglise. Par ce témoignage, André dévoile aussi les raisons profondes qui nous poussent à créer un abri pour accueillir ceux qui, chassés loin de leur demeure en ruine, désirent étancher leur soif. Rassasier leur âme. « Reçois dans ta maison le malheureux sans abris (…) partages ton pain (…) dénoue les liens de la méchanceté… renvoie libre. »

     

    « Ma première rencontre avec ce manuscrit fut d’une émotion tout aussi intense qu’imprévue. André y exprime avec des mots justes, choisis, la souffrance des exclus, leurs parcours. J’y trouvais l’écho de ma propre vocation. Ce récit peut s’écouter comme une longue confidence, le cœur disponible. Un peu comme une promenade où l’on prend le temps d’être avec l’autre. De communier comme un bonheur qu’on savoure. On quitte à regret un tel livre tant on voudrait prolonger ce moment. »

    Daniel Issarte, pasteur et responsable d’une maison d’accueil protestante en Cévennes. 

    Et un petit extrait : 

    « Ce que j’étais en train de vivre, il m’a semblé qu’il ne me serait jamais possible de le décrire. La pluie, le froid. Trouver un manteau. Tout se paie : l’eau à boire, le morceau de viande, le pain. Il ne me restait plus qu’à marcher. Par un ultime soubresaut d’existence. Sans s’arrêter. Avancer pour ne pas tomber. Avancer pour aller plus loin. Plus loin est comme ici. Alors, plus loin encore. Jusqu’à ce que je me rende compte qu’il n’y a plus, de ‘‘plus loin’’. Que plus loin est ici. »

  • Ce soir, au Musée du Désert

    4181000836.pngCe soir, aura lieu à 20h30, au Musée du Désert, la présentation/conférence du livre de Frank Bridel, L'irréductible pasteur Goll (Ampelos).

    Quelque peu éclipsée par les figures charismatiques de Bonhoeffer et Niemoller, l'Eglise confessante d'Allemagne a fourni son contingent d'opposants au nazisme. On connait mal, hors d'Allemagne, la résistance de ces milliers de pasteurs.

    Frank Bridel décrit, sur la base d'une recherche historique menée par le fils de Werner Goll, la lutte quotidienne de cet homme, indompté en dépit des persécutions.

    Préface de Jean-Pierre Richardot.

  • Croire, expliquer, vivre : une introduction à l'apologétique

    13811.jpgQu'est-ce que l'apologétique? Dans son livre Croire, expliquer, vivre, Yannick Imbert (professeur d'apologétique à la Faculté Jean Calvin) nous introduit à la défense de la foi et à sa "démonstration en paroles et en actes". A la fois manuel d'études et programme, il explore les liens entre la raison et la foi, entre la culture et la foi, dans une perspective "réformée évangélique", et explicite les principales "visions du monde" de nos contemporains (athéisme, matérialisme scientifique, etc...). 

    Devant le regain d'intérêt pour cette matière en milieu évangélique, il convient de connaître quels en sont les grands auteurs, les principales écoles, les buts, les enjeux et les présupposés. L'un des grands mérites de l'ouvrage est de nous ouvrir les portes du monde anglo-saxon : Van Til, Chesterton, C.S. Lewis, etc... 

    Voir aussi : La table des matières.

    Voir aussi : L'introduction.

  • Quel livre dans la poche cet été?

    cévennes,histoire des cévennes,protestantisme,culture cévenole,sortir en cévennes,tourisme cévennes,patrick cabanelLes Cévennes sont un continent où l'été voit affluer les marcheurs, flâneurs et autres baigneurs. Par où commencer lorsque l'on met les pieds dans ce pays ? Comme toujours, le meilleur point de départ est un livre ; pour pouvoir mesurer l'histoire millénaire que l'on foule de ses pas, la langue des paysages et la culture aussi discrète que présente en tous lieux, c'est encore un livre qu'il faut.

    Des premiers menhirs à la révolte des Camisards, de l'exode rural aux "nouvelles populations cévenoles", le temps cévenol bat, condensé, dans un petit ouvrage de synthèse : l' Histoire des Cévennes, en "Que sais-je?" de Patrick Cabanel. 

    Sur les marchés régionaux, c'est une valeur sûre, il s'envole sans qu'on ait besoin de le présenter. Entre les melons, dans la poche d'un jean. Et le soir sur la terrasse d'un mas, avec pour horizon la fameuse ligne bleue du Massif de l'Aigoual, ce n'est que du bonheur.

  • La nuit des Camisards : billetterie en ligne

    Le spectacle de La nuit des Camisards commence dans quelques 23 jours, et vous pouvez d'ores et déjà réserver votre billet en ligne.

    L'occasion de faire un tour sur le nouveau site, très complet, en cliquant ci-dessous:

    Site Nuit des Camisards.png