Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un Président protestant en France, est-ce possible?

    TimbrePostal-Doumergue-offi-323x405.jpg

    Oui ! Même si le fait est plutôt rare car, en fait, un seul a assumé cette fonction, Gaston Doumergue de 1924 à 1931. Non sans succès d’ailleurs puisque qu’il devient dans la bouche de la Comtesse de Noailles le « Gastounet national ». Populaire, il le fut au point de faire trois fois la couverture du prestigieux Time magazine et d’être le premier président, en 1927, à assister à la finale de la coupe de France de Football.  Premier président aussi à se marier à l’Elysée, il apparaît proche et sympathique. Sécurisant au fond, pour une France encore bien rurale qui a besoin d’être rassurée.

    Colette le dépeint comme un « romain affable » avec des joues « aux couleurs de la pomme en hiver ». Ses petites moustaches lui donnaient un air jovial et satisfait. Une forme de décontraction qu’il avait peut-être conservée de ses racines gardoises. Natif d’Aigues Vives, il devient président de la République en octobre 1924 quand le suffrage n’était pas encore universel et quand les présidents étaient encore accompagnés de cochers en livrée, de postillons, de piqueurs. Doumergue lui décide d’imposer la simplicité -austérité protestante ?- : cinq véhicules simples et une voiture automobile d’apparat en échange de ce faste. 

    Mais les quarante années de carrière politique du radical Doumergue ne se résument pas à ces anecdotes. Député pendant 17 ans, Sénateur pendant 14 ans, 8 fois ministres, deux fois Président du Conseil, Président de l’Assemblée Nationale, du Sénat, il est l’homme politique le plus titré (avec Raymond Poincaré) de toute l’histoire de nos Républiques. Sa notoriété est telle qu’on le rappelle sur fond de scandale Stavisky pour éviter la guerre civile à la France.

    Son expérience lui a permis de traverser les périodes les plus difficiles de la République. Au moment des débats coloniaux, il n’hésite pas à s’opposer à l’occupation de Madagascar en 1894 mais, en 1902, accepte d’être à la tête du ministère des Colonies. Dreyfusard, il rend un hommage vibrant et enflammé à la mémoire de Zola lors du transfert des cendres de celui-ci au Panthéon, le 4 juin 1908. Il évoque alors comme Ministre de l’Instruction publique et des Beaux Arts « la conviction, la foi profonde de Zola, celles qui l’ont soutenu aux heures d’angoisse ».Quelques années plus tard, en 1914 il s’engage contre les pacifistes après avoir voté, contre l’opinion de son parti, peu de temps auparavant, la loi des trois ans. 

    Protestant discret, il semble pourtant prêt à afficher cette filiation, à la veille de sa mort, en allant donner une allocution au musée du Désert. 

    FB

    Pour en savoir plus :

    Comité d’organisation Doumergue anniversaire 2013, www.gaston-doumergue.org

     

  • "L'appel du sol" : le protestantisme et la mystique patriotique de la Grande Guerre

    1. L'appel du Sol, prix Goncourt "1914":

    adrien bertrand,georges bertrand-vigne,ww1,centenaire 14-18,première guerre mondiale et protestantisme,littérature,roman,poilusL'appel du sol est un roman d'Adrien Bertrand, prix Goncourt "1914" - le prix lui fut en fait décerné en 1916, à cause de la guerre.

    Adrien Bertrand est né à Nyons dans la Drôme, en 1888; son père, pasteur dans le Gard, fut aussi professeur de théologie à Montauban, et participa à la traduction de la Bible dite "synodale". Mobilisé en 1914, il rejoint le front; quelques mois plus tard, sa santé s'est déjà détériorée; il mourra en 1917. Entre-temps, il écrit, et publie entre autres L'appel du sol.

    Les historiens se sont interrogés sur l'acceptation, par un si grand nombre d'hommes, d'une mort à si grande échelle. A sa manière, le roman d'Adrien Bertrand donne des éléments de réponse, et s'avère un document irremplaçable sur le début de la guerre.

    Le bataillon que suit le lecteur, est un bataillon dépassé par les événements, qui se rend compte que la guerre sera bien autrement que ce qu'il attendait:

    "C'est un martyre inconscient pour une idée qui nous dépasse."

    Le désarroi et la proximité de la mort conduisent les hommes à méditer entre deux combats ; et il apparaît clairement que l'idéologie qui les unit et les soutient, et celle du sacrifice pour la Patrie. La mystique patriotique donne au Sol, à la terre, une force transcendante qui les meut jusqu'au don de leur vie. 

    "Nous ne faisons qu'obéir à une invincible volonté qui se communique à nous. Elle naît des entrailles du sol où nous sommes enracinés, et nous sommes son instrument".(p.112)

    Il se dégage alors une irrationalité violente, entre sublimation et, parfois, scepticisme : il est impossible, malgré le refus de tout esprit critique et le culte de la discipline, de ne pas voir les incohérences, les erreurs des états-majors, la valeur de l'ennemi, et l'absurdité que n'épuise pas cette "philosophie sous la mitraille". Dans le roman d'Adrien Bertrand, l'héroïsme doit se penser tant il peine à se convaincre.

    Pour autant, pas de remise en question de "l'union sacrée" chez Adrien Bertrand ; au contraire, le cévenol, descendant du camisard, communie avec le nobliau breton ultra, le béarnais ou le marseillais communiste dans la même mystique patriotique. On lutte et meurt pour la France, gardienne de la civilisation, contre l'envahisseur "barbare". Ainsi, l'oecuménisme patriote transcende et dissout une quelconque spécificité protestante. 

    2. "A quel Dieu l'Europe s'est-elle vouée?" : Jules-Philippe Guiton

    adrien bertrand,georges bertrand-vigne,ww1,centenaire 14-18,première guerre mondiale et protestantisme,littérature,roman,poilusLes lecteurs de Réforme auront sans doute suivi, dans la rubrique "Spécial Guerre de 14-18" le journal du missionnaire Jules-Philippe Guitton.

    Son témoignage, très surprenant, retrace son dilemme croissant entre sa situation de chrétien et de soldat.

    Son constat est le même quant à la mystique patriotique, cet "appel" irrationnel du sol qui possède et meut, telle une force spirituelle, les combattants :

    "La patrie réclame actuellement ma consécration complète, qui n'est due qu'à Dieu".

    Sa conclusion après bien des mésaventures est une prise de position, originale et audacieuse, contre "l'appel du Sol", cette idolâtrie dans laquelle ont versé les protestants, comme le pasteur Arbousset:

    "Après avoir réfléchi, voici quel me paraît être mon point de vue actuel : les patries sont des « associations ». Comme telles, elles ont des droits, mais elles ne peuvent être érigées en personnalités morales sans être du même coup transformées en idoles… La patrie réclame actuellement ma consécration complète, qui n’est due qu’à Dieu. L’âme qui anime actuellement les patries vient de Satan. Leur communauté d’inspiration ressort de ce fait qu’elles sont toutes semblables, jamais la France n’a davantage ressemblé à l’Allemagne qu’à l’heure actuelle. 

    Le devoir du chrétien, tout en supportant matériellement, et peut-être physiquement, la défense de l’association à laquelle il fait partie, doit, au risque d’être traité de traître, ne reconnaître, dans toute son attitude, d’autre chef de son âme que son sauveur et bannir de son cœur toute haine ; mais aussi être un fidèle soldat, fier et droit. Quant au prédicateur, il doit dénoncer l’idolâtrie et être la conscience de son peuple."

    A lire sur Réforme.net. 

     

  • [à paraître] Une femme dans la guerre: Journal de Madeleine Blocher-Saillens

    Blocher Saillens Une femme dans la guerre.pngLes commémorations autour de la Grande Guerre sont l'occasion de se pencher sur la participation des protestants au conflit. Voici quelques parutions à ne pas manquer.

    Madeleine Blocher-Saillens, fille de l'évangéliste Ruben Saillens et première femme pasteur du protestantisme français, a tenu toute sa vie son Journal ; le lecteur découvrira ici les pages qui concernent la Première Guerre mondiale (1914-1918).

    Elles sont l'illustration parfaite... (lire la suite)

     

    Sortie prévue fin mai.

  • [Parution] Pour une foi réfléchie en poche

    8710.jpgL'excellent manuel d'initiation à la doctrine chrétienne (sinon le meilleur), Pour une foi réfléchie (Alain Nisus dir.), vient d'être édité en format "poche" (900 pages quand même).

    Du coup le prix baisse aussi, et passe à 26,90€. 

    Parmi ses principaux attraits, une présentation particulièrement accessible, claire et sûre des articles de la foi chrétienne, au fait des enjeux éthiques.

    Amicalement conseillé par vos libraires comme première approche.

  • "Les protestantismes et l'Amérique avant les Etats-Unis", conférence et interview de Bertrand Van Ruymbeke

    A découvrir en ligne, cette interview de Bertrand Van Ruymbeke par la Librairie Jean Calvin (pour le son, c'est avec des écouteurs...), ainsi que sa conférence sur "La conquête de l'Amérique du Nord, les protestantismes à l'épreuve de la guerre coloniale". 

     

    12145.jpg

     

     

     

     

    Ecouter la conférence sur LibrairieJeanCalvin.fr/Multimédia