Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vies des hommes illustres

Et non pas, comme serait tentée de l'écrire la lucidité, "Vide des hommes illustres"...

Deux biographies par deux historiens chers à la Librairie sortent ce mois-ci :

1/Le second tome de la monumentale biographie d'André Gide par Frank Lestringant : André Gide l'inquiéteur, Tome II, Le sel de la terre ou l'inquiétude assumée (Flammarion) :

9782081271012.jpg

Gide, après 1918, invente le personnage de l'intellectuel moderne, un rôle que Sartre et Foucault, entre autres, assumeront à leur tour d'après son exemple. Gide n'a ignoré aucun des grands courants de son siècle, symbolisme, naturalisme, dadaïsme, surréalisme, réalisme socialiste. Acteur majeur de la vie littéraire et intellectuelle pendant plus d'un demi-siècle, Gide a bien mérité le titre de « contemporain capital » qui lui a été décerné de son vivant.
Car Gide est bien l'adversaire de la société bien pensante qui l'a engendré à son dam. Or ce grand témoin, dont l'influence critique, voire révolutionnaire, n'a cessé de s'étendre, a été le maître à penser de plusieurs générations.
 
Ce second volume de sa biographie couvre les trente-trois dernières années de sa vie. C'est le Gide de la seconde maturité, dont l'influence déborde les frontières, un Gide omniprésent dans le débat public, qu'il s'agisse d'interroger les rapports entre religion et morale, de dénoncer les abus de la colonisation, d'exalter ou de critiquer le communisme soviétique, de prôner la liberté de l'individu face aux oppressions.
 
C'est à Gide que nous devons certaines de nos libertés, quelques-unes aussi de nos interrogations en matière de morale sexuelle, de tolérance religieuse, ou de dialogue entre les peuples et civilisations.
La leçon de Gide, soixante ans après sa mort, est plus que jamais actuelle.

2/Ainsi que la biographie de Saint Thomas More, par Bernard Cottret (Tallandier) :

978-2-84734- 803-3.jpgAprès avoir été le biographe de Calvin, Henry VIII, Cromwell, Elisabeth 1erd’Angleterre et Karl Marx, Bernard Cottret nous dresse le passionnant portrait du grand humaniste Thomas More. Juriste, avocat, historien, philosophe, théologien, grand ami d’Erasme, érudit, philanthrope, et surtout grand Homme d’Etat, Thomas More a pleinement participé au renouveau de la pensée qui a caractérisé cette époque, ainsi qu’à l’humanisme dont il a été le plus illustre représentant anglais. Mais c’est aussi l’histoire d’un destin tragique intimement lié à l’histoire de l’Angleterre. Dans cette biographie enlevée, Bernard Cottret explore minutieusement les mille facettes de ce personnage complexe.

En effet, après s’être opposé en 1507 à Henry VII dont il dénonce les exactions, Thomas More connaît une carrière politique brillante grâce à Henry VIII et devient ambassadeur puis grand chancelier. Il écrira d’ailleurs sa première grande œuvre, Utopia, en 1516 lors d’une mission diplomatique. Catholique fervent (il a longuement hésité entre la vie politique et ecclésiastique), il combat les idées luthériennes et le protestantisme. Il perd d’ailleurs l’amitié du roi en refusant de se joindre à la requête transmise au pape pour lui demander d’annuler le mariage entre Henry et Catherine d’Aragon. Il démissionne mais son choix l’année suivante de refuserd’assister au couronnement d’Anne Boleyn est mal interprété. Puis son refus de jurer allégeance à l’Acte de succession du Parlement en raison d’une préface antipapale lui vaut d’être emprisonné et accusé de haute trahison. Il est condamné à être pendu, traîné et éviscéré, peine que le roi commuera en décapitation.

En résumé : ci-gide Thomas Mort... La biographie est l'inverse d'une bibliothèque : au lieu de poussière sur des livres, elle est un livre sur de la poussière. Vanitas vanitatum...

Les commentaires sont fermés.