Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Radio Jean Calvin : Le Christ des Lumières de Bernard Cottret

    9782271072757FS.gifFranck Belloir continue ses entretiens de fond sur les radios locales. Voici l'interview de Bernard Cottret, menée pour Radio Alliance + (Nîmes) et l'émission "7 à lire": autour de la ré-édition du Christ des Lumières, Jésus de Newton à Voltaire.

    Nous avions déjà eu l'occasion de vous parler de ces pages profondes et passionnantes, dressant le panorama historique des représentations du Christ dans le XVIIIème siècle européen, aussi bien en théologie, en philosophie qu'en musique (de Bach aux frères Wesley).

    Pour vous décider à lire le livre, il reste encore la voix de Bernard Cottret lui-même :

    Ecouter l'entretien avec Bernard Cottret.

     

  • Journée d'études à Montpellier 3 : Une voie protestante dans une décennie de révolutions

    protestantisme-décennie-révolution.jpgLe mois de juin s'annonce très chargé en manifestations de qualité. Deux rencontres à Montpellier sont à noter en priorité:

    1/Tout d'abord, la conférence mensuelle de la SHPM, par Thierry Pellecuer ce samedi 2 juin, autour de la figure du pasteur Philadelphe Delord (1898-1935), apôtre des lépreux et fondateur d'une léproserie dans la fameuse Chartreuse de Valbonne.

    2/Ensuite, une journée d'études consacrée au protestantisme des années 60, organisée par Pierre-Yves Kirschleger (aussi président de la SHPM), au programme très complet; comment le protestantisme a-t-il réagi à la vague de contestations des années 60-70, dans un contexte de fragilisation théologique et institutionnelle? Voilà qui sera explicité et débattu par quelques noms très sérieux dont André Encrevé et Gérard Cholvy, le 8 juin à partir de 9h30.

     

     

  • Assemblée du Désert 2012

    5446.jpgNous relayons ici le programme de l'Assemblée annuelle au Musée du Désert 2012; nous vous avions déjà prévenu des interventions de Bernard et Monique COTTRET sur Rousseau ; elles s'intégreront au thème de la journée:

    1762-2012 : 250e anniversaire de l’Affaire Calas

    Voltaire et Rousseau ou l’universalisation de la cause des protestants du Désert

     

    LIRE L'ARGUMENT

  • Jacques Ellul et le chrétien face à la sécularisation

    association internationale jacques ellul,jacques ellul,frédéric rognon,sécularisation,générations ellul,faculté jean calvinLe groupe Aix-Marseille de l'Association internationale Jacques Ellul organise une conférence ce soir avec Frédéric Rognon

    "Le chrétien dans les rets de la sécularisation"

    Voici la présentation détaillée :télécharger.

    Rendez-vous donc à la Faculté Jean Calvin d'Aix-en-Provence, qui reçoit l'évènement, à 18h

    Nous y déplierons notre fidèle petit stand de circonstance.

  • Ruben Saillens, le romantisme du Réveil


    ruben saillens,protestantisme saint-jean-du-gard,protestantisme évangélique,mission populaire,mac all,protestantisme marseille,la cévenole,hymnologie protestante,cantiques protestants,histoire du baptisme,shdbf,jacques blocher,daniel travierVoici une très belle double conférence que vous pouvez ré-écouter sur le site de la librairie Jean Calvin.

    D'une part l'étude historique passionnante de la naissance et du devenir de "La Cévenole", cet hymne huguenot passé au patriotisme cévenol (Daniel Travier).

    Puis un panorama de la vie foisonnante de ce prédicateur du Réveil, figure incontournable de la mise en réseau de protestantisme évangélique (Jacques Blocher).

    Ecouter la conférence.


    ruben saillens,protestantisme saint-jean-du-gard,protestantisme évangélique,mission populaire,mac all,protestantisme marseille,la cévenole,hymnologie protestante,cantiques protestants,histoire du baptisme,shdbf,jacques blocher,daniel travier


  • Chronique d'une mort annoncée

    !cid_3400063171_1090865.jpg

     Normalement, si tout se passe comme prévu, nous ne devrions pas tarder à mourir (en tant que petite librairie indépendante). 

    Voici un article de l'éditrice Héloïse d'Ormesson, paru dans La Croix,  qui défend la "cause des livres", noble cause perdue que nous voyons tels le guépard de Lampedusa, s'éffriter. 

    (Si vous avez du mal à lire, vous trouverez aussi l'article dans Libé: ici.)

     

     

    de la protection du livre.jpg

    A lire aussi, Yann Moix "Orgie numérique".

  • Gide revient : 2e épisode

    Yann Moix poursuit ses entretiens avec Frank Lestringant, auteur d'une biographie d'André Gide superbement écrite, dont le premier tome est paru récemment chez Flammarion. Nous attendons le 2e pour la rentrée.

    L'enfance de Gide, fabrique d'un lost boy du protestantisme : 


    Gide revient (épisode 2) par laregledujeu

  • En passant, L'Esclave libre

    esclave libre.jpgLes romans de Robert PENN WARREN ont été largement occultés par des monuments comme Autant en emporte le vent, ou les romans de Faulkner. Voici en passant une fiche du plus connu d'entre eux, L'esclave libre.

    L’intrigue a pour scène un Vieux Sud mythique en déroute – plantations, Mississipi, fatalisme moite, grandeurs et décadences d’une société aristocrate foncière… Amantha Starr, fille d’un riche planteur du Kentucky, découvre à la mort de son père ce que chacun savait mais n’osait lui dire: elle est en réalité la fille d’une beauté noire qui avait partagé naguère le lit du maître de Starrwood; elle n’appartient pas au monde des gens libres. Car règne encore l’antique loi du Sud: son père n’ayant pas laissé de testament, la demeure est mise en vente et elle-même, en qualité de fille d’esclave, fait partie du lot…

    Palpitant et entraînant, le roman met en intrigue la quête de liberté de la jeune femme, soumise aux combinaisons douteuses du sort et des puissants, aux aléas de sa condition de bétail humain. Elevée au collège Oberlin, haut lieu de l’abolitionnisme fondé par le pasteur revivaliste Finney (1792-1875), notre héroïne connaît sa leçon, et tous les

    C.G. Finney, pasteur à l'origine du Second Réveil et fondateur du fameux Oberlin College, qui sera une pépinière de prédicateurs abolitionnistes radicaux.

    développements de la rhétorique des défenseurs des noirs. Mais Robert PENN WARREN approfondit le problème ; dépassant le clivage des anti/pro-esclavagistes, il redessine les contours de cette servitude, les déplace et les enracine au cœur de l’humain et de sa contradiction. Le roman s’ouvre sur cette exclamation, bien plus existentielle que sociale : « Si seulement je pouvais être libérée… »

    La liberté n’y est pas en priorité une frontière extérieure à franchir, ni un statut. Elle est un appel spirituel et toujours en rapport avec une conscience profonde du péché, de la culpabilité : « Sans doute est-ce précisément ce que chacun désire, le rachat » lui dit, non pas un esclave, mais son nouveau maître, Hamish Bond (p.189). Et cette culpabilité sans nom, sans objet véritable,  est la cause de tous les déterminismes néfastes, de la fatalité qui suinte dans l’atmosphère de ce Vieux Sud – une dette à payer qui explique le malheur ambiant :

     Hélas, la logique de cette protestation humaine paraissait tout à coup futile, car ma culpabilité était là, elle m’enveloppait. Et la succession du crime et de la punition dans le temps n’avait aucune signification, puisque tout obéissait à une logique plus profonde, intemporelle. Dans la clarté de ce cauchemar éveillé, les sermons entendus autrefois à Oberlin m’apparurent chargés de réalité, jusque dans leur verbe même, et leur verbe devenait ma chair. (p.112)

    Cette vérité lui permet d’ironiser aussi contre les abolitionnistes, et de faire grincer les clichés de leur propagande. Parmi les personnages mis en scènes, les propriétaires s’avèrent souvent plus humains, plus complexes, plus ambivalents, que les abolitionnistes fanatiques et puritains d’Oberlin, galvanisés par une Vérité qui doit s’imposer au détriment des hommes. La Vérité avec un grand V de la cause supérieure qui, dans son intransigeance, ne tolère aucune distinction, aucune nuance.

    Or l’une des subtilités du roman tient dans ce traitement des clichés de la

    Le roman a donné lieu à un film de Raoul WALSCH, en 1957, avec Clark GABLE et Yvonne DE CARLO

    littérature abolitionniste. Tout y est ; les bateaux à vapeur, les ventes à l’encan, les négociants sans scrupules, les gentils noirs, les esclaves abusées, les prédicateurs passionnés. Mais tout est miné : personne n’est libre. Personne n’est libre de soi, de son rôle, personne n’est libre des clichés qui le constituent, de la mémoire qu’on lui transmet, et surtout, personne n’est libre de ses propres contradictions : “…le seul calcul imprévisible, c’est nous-mêmes”(p.165). Et Amantha Starr est la vivante – et constante – expression de cette ambiguïté. Rachetée par Hamish Bond, elle commence par le haïr puis finit par l’aimer, elle sauve celui qui tente d’abuser d’elle, elle ne supporte pas d’être assimilée aux “nègres” malgré son origine et ses idéaux abolitionnistes…

    Telle est la vocation de la littérature, reine du paradoxe, des frontières poreuses, et censément grande fossoyeuse de bonnes consciences, comme l’annonçait le titre. Nous sommes tous « esclaves libres », en quête de la réponse libératrice : “Nous sentons que si nous pouvons répondre aux questions, nous serons libres” (p.175). Mais le roman de Robert PENN WARREN ne cherche à délivrer le lecteur que d’une chose. L’assurance d’être du bon côté.

  • Jean-Pierre Bois sur Radio Interval : petite guerre et guerre des camisards

    Bois - La paix.jpg

     

    Les habitués du blog auront déjà pu entendre la conférence que Jean-Pierre Bois, spécialiste d'histoire militaire, avait donnée lors de la Semaine Cévenole 2012 pour la Librairie Jean Calvin.

    Ce dernier avait un peu avant accordé une interview passionnante à Radio Interval (dont nous saluons au passage le travail), radio associative locale ; nous vous laissons l'écouter, questionné par Franck Belloir:

    Ecouter l'interview de Jean-Pierre Bois

  • La bonne nouvelle du mois de mai: la Librairie a sa vente en ligne!!!

    Voilà chers amis, c'est possible: vous pouvez désormais commander et payer directement en ligne vos livres sur Librairie Jean Calvin.fr! Le site Jean Calvin est une preuve en faveur de l'évolution ;-)

    Tout un chacun pourra dès lors profiter de notre fonds si magnifique... on ne boudera pas ce plaisir.

    Vente en ligne.png

    Pour procéder il vous faut cliquer en haut à droite, et créer un compte:

    librairie jean calvin,actualités librairie jean calvin,librairie chrétienne en ligne,librairie protestante,l

    Vous cliquez ensuite en bas à gauche sur "Créer un compte", après quoi tout est expliqué:

    librairie jean calvin,actualités librairie jean calvin,librairie chrétienne en ligne,librairie protestante,l