Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Question importante :

    01.gif

    Souhaitez-vous recevoir les nouvelles de la librairie Jean Calvin?

    Suite aux importantes modifications apportées à notre site, nous allons remettre à jour nos bases de données.
    Ainsi, d’ici la fin de l’année, toutes les adresses mails inscrites chez nous seront effacées.
     
    Pensez donc bien à vous ré-inscrire sur notre site : S'INSCRIRE A LA NEWSLETTER.
    (vous recevrez 2 mails par mois environ)
     
     
  • V. Lire Calvin pour ses gosses

    jean calvin,catéchisme,transmission,foi réformée,théologie pratique,introduction à la théologie

    Ce vice impuni qu'est la lecture est souvent un vice solitaire. Comme le disait Rilke, "la solitude qui environne les oeuvres d'art est infinie". Et il est vrai qu'on ne lit bien qu'avec une dose mesurée d'égoïsme. Cependant, Calvin s'aborde plutôt selon un exigence communautaire, dans le souci de la transmission du savoir, comme en témoignent son style et sa pédagogie.

    Ainsi, l'enseignement des enfants a toujours fait partie de ses préoccupations, orientant sa théologie selon un principe d'accessibilité.

    Dans ses Sept sermons sur Job (qu'à force de vous en rebattre les oreilles vous finirez par acheter!), Calvin décrit l'état d'esprit qui initie à leur instruction, d'une permanence décapante! :

    "Voilà donc une instruction qui nous est bien utile, à savoir que les pères doivent conduire leurs enfants à tel point que Dieu soit honoré de tous. Et nous avons d'autant plus à noter cet enseignement qu'il est si mal mis en pratique. Car aujourd'hui, ceux qui ont des enfants veulent bien qu'ils soient enseignés; mais qu'ils soient menés dans le zèle et l'attachement à Dieu, on en trouvera à peine un sur cent. Pourquoi donc? Chacun pense à son profit; il dira : "je veux que mon enfant soit enseigné. Mais de manière qu'il ait bon esprit, qu'il réussisse, qu'il se fasse valoir, qu'il amasse des biens, qu'il soit respecté, et honoré". [...] combien y en a-t-il qui tendent à cette simplicité disant: "Je me contente que mon enfant serve Dieu, étant assuré que Dieu le bénira, le rendra prospère, et que même s'il est pauvre selon le monde, je me contente que Dieu soit son père"." (p.48)

    A cet effet, Calvin a rédigé un opuscule génial, Instruis-moi dans ta vérité, dont l'ami Monnier nous fait présentation.

    Lire la présentation.

  • Calvin sur Radio Alliance + : retrouvez les interviews de Franck Belloir


    Radio-rétro-1.jpgAujourd'hui, vous pourrez retrouver l'interview de Laurent THEIS, auteur - entre autres -  d'une biographie de François GUIZOT chez Fayard.

    Il suffit d'écouter Alliance + le lundi entre 17h30 et 18h. Le titre de l'émission : 7 à lire (consulter la grille des programmes, car changements possibles).

    Rediffusions : samedi 31 décembre et 7 janvier de 19h30 à 20h. L'occasion d'entendre les auteurs parler de leurs livres, dans des échanges aussi vivants que passionnants.

    Ecouter Radio Alliance +

  • Anthologie protestante de la poésie française

    9782868204752FS.gif"Dix heures et demie, heure des longs services

    Divins. Les cloches, par milliers, chantent dans l'air,

    Sonore et volatil sur d'étranges caprices,

    Les Psaumes de David s'ébrouent en brouillards clairs."

    Savez-vous de qui sont ces vers sur le culte protestant, légers et musicaux?

    De Verlaine. Vous les trouverez dans son poème Londres, à la page 140-141 de la nouvelle Anthologie protestante de la poésie française, de Philippe François.

    Cette petite merveille vient combler une lacune : elle rassemble en un volume les textes poétiques les plus marquants qui ont trait au protestantisme, soit dans leur histoire, soit dans leur inspiration revendiquée, soit dans leur sujet. C'est ainsi que le lecteur trouvera tant du Agrippa d'Aubigné que du Alfred de Vigny, dans un poème sur la Saint Barthélémy. 

    Surtout, le lecteur découvrira une mine de textes saisissants, curieux ou méconnus : Psaumes de Marot et de Bèze, poèmes plus  romantiques de Napoléon Peyrat ou Alexandre Vinet, les Rayons perdus de Louisa Siefert qui firent les délices du jeune Rimbaud...

    Le recueil est divisé, de manière originale, en quatre parties thématiques qui sont autant d'affinités représentatives de la poésie protestante : "Bible" (poèmes d'inspiration portestante sur des thèmes bibliques), "Histoire", "Liturgie" (autour du culte, psaumes, prières), et plus bizarrement, "Fin", regroupant des poèmes ayant trait à la mort et aux fins dernières. 

    On regrettera peut-être que l'appareil critique ne soit pas un peu plus développé (introductions, brèves analyses, et surtout, on aurait aimé une approche esthétique), mais peut-être la poésie ainsi dégagée prend-elle plus d'importance en elle-même, et concentre-t-elle le plaisir de la lecture. Quelques manques: Ruben Saillens, le Annie d'Apollinaire (erratum : le recueil va du XVIe au XIXe!), ou même un extrait des Nourritures terrestres, pourquoi pas (à moins de les avoir manqués...)? 

    Quoiqu'il en soit, une référence littéraire à ne pas manquer, et aussi, un cadeau à offrir. Comme l'écrivait Madame de Staël dans De l'allemagne : "La poésie est le langage naturel de tous les cultes. La Bible est pleine de poésie...".

     

  • IV. Lire Calvin pour ne pas devenir une poupée barbie


    pourquoi lire calvin?,violaine weben-dardel,calvin,sermons job,protestantisme évangéliqueLa lecture de Calvin peut être particulièrement préconisée comme antidote aux dérives d'un certain protestantisme évangélique. Surtout lorsque celui-ci s'avilit à tel point qu'il n'est plus qu'un esclave pathétique des critères de la société spectacle-marchande : la Parole de Dieu vous aidera à maigrir et à ressembler à une barbie hollywoodienne décolorée, car il s'agit là, il est vrai, d'un idéal remarquable. 

    Or, comme le dit très justement Violaine WEBEN-DARDEL dans son Avant-propos aux Sept sermons sur Job (tout juste édités chez Olivétan), Calvin

    pourquoi lire calvin?,violaine weben-dardel,calvin,sermons job,protestantisme évangélique"introduit un renversement. Il place Dieu là où l'homme s'inscrit logiquement comme centre de ses préoccupations. C'est une révolution copernicienne en matière anthropologique et théologique, à laquelle ces paroles nous conduisent. Une spiritualité du désintéressement, combien libératrice! Nous n'aimons pas Dieu en vue de... mais pour lui-même, parce qu'il nous a fait grâce de son amour. Son amour, c'est sa puissance et sa gloire."

    La Parole instrumentalisée, une relique moderne? 

    Voilà donc une raison supplémentaire, s'il en fallait une, de lire les Sept sermons sur Job de Calvin, et pourqui pas, son Traité des reliques...

  • Les conférences reprennent à la Librairie Jean Calvin! Kierkegaard par Frédéric Rognon

    Kierkegaard par Frédéric Rognon.png

    Cliquez dessus pour agrandir

  • "Mon Histoire" : une série originale dans la littérature jeunesse

    1577.jpgPour donner le goût de la lecture, il faut s'y prendre tôt. Gallimard Jeunesse crée avec la série "Mon Histoire" des livres qui donnent à la fois le goût de la lecture et le goût de l'histoire.

    L'éditeur en a soigné la forme : apparence de vieux journaux patinés, papier recyclé, le jeune lecteur est invité à s'immerger dans l'époque dès la couverture. Chaque journal intime est l'occasion de découvrir, de l'intérieur, au travers des yeux d'une jeune fille, une époque, son mode de vie. Angélique de Barjac, la jeune huguenote à la cour du Roi-Soleil, Esther Whipple, en route vers le nouveau monde avec les Pélerins, à bord du Mayflower... font part de leurs doutes, de leurs espoirs, et de leurs aventures.

    Certains moments de l'histoire du protestantisme ou du christianisme peuvent ainsi être abordés de manière originale et vivante, pour les jeunes filles de 8 à 12 ans. Mais il existe de nombreux autres titres pour tous les grands moments de l'histoire. 

    0102.jpg0103.jpg0101.jpg

  • L'amour et l'Occident : la critique de Jean-Paul Sartre

    9782070327829.jpgLe résumé (très résumé) du livre de Denis de Rougemont, L'amour et l'Occident, s'avère être l'une des fiches les plus lues du blog. Or je suis retombé l'autre jour par hasard sur la critique que Sartre en fait dans ses Critiques littéraires, Situations, I, et qui pourra servir à sa compréhension.

    Sa critique, délicatement fielleuse, se focalise essentiellement sur les présupposés (epistémologie) et la méthodologie historique de Denis de Rougemont. Le principal point faible de l'argumentation étant pour Sartre que la méthode de Rougemont conduit à un relativisme en contradiction avec la foi à laquelle il s'adosse. En effet, si l'amour-passion est une invention du Moyen-âge - ce que dit Rougemont pour en discréditer la valeur absolue - et non un inné de la nature humaine, on peut dire la même chose de la religion : elle apparait grâce à la conjoncture de différents facteurs socio-historiques. 

    Mais notre philosophe polygraphe touche encore à de nombreuses autres difficultés de la démarche.

    aeto.jpgCar il est vrai que bien souvent, L'amour et l'Occident donne l'impression d'être l'apparat scientifique, plus ou moins satisfaisant selon les moments, d'une formidable intuition :« Nous avons besoin d’un mythe pour exprimer le fait obscur et inavouable que la passion est liée à la mort, et qu’elle entraîne la destruction pour ceux qui s’y abandonnent de toutes leurs forces.»

     

    Si la critique de Sartre vous intéresse, elle est pp 57-64 de Critiques littéraires, Situations I, Paris, Gallimard "Folio essais", 1947

     

  • Le Christ des Lumières, quand Cottret en parle lui-même...

    protestantisme et lumières,bernard cottret,isaac newton,john locke,john toland,foi et raison,rationalisme,théologie,libéralisme théologique,unitarisme

    Nous vous faisions récemment part de rééditions importantes, dans lesquelles figuraient Le Christ des Lumières, de Bernard Cottret, initialement paru au Cerf et désormais en poche au CNRS.

    L'hebdomadaire Réforme de cette semaine (n°3442, 1er décembre 2011), selon son habitude de suivre l'actualité littéraire avec qualité (on pense à l'article de Blocher et à la disputatio au sujet de Klaas Hendrikse), laisse la parole à l'auteur, qui donne un aperçu très personnel (et par là-même d'autant plus intéressant) de son travail. 

    En voici la reproduction, pour vous donner envie de lire le livre et d'en mieux connaître l'auteur (cliquer dessus pour le voir en grand) :

    Cottret et les Lumières.jpg

  • Ce week-end, les libraires de Calvin aux quatre vents

    251794484.jpg

     Quatre stands de la Librairie sont prévus ce week-end :

    Le premier à la pastorale de la Mission Timothée (9 et 10 décembre), l'autre pour la fête de Noël de la paroisse ERF de Bagnols-sur-Cèze (11 décembre), le troisième à la faculté Jean Calvin (10 décembre), et le dernier, au Carré d'Art à Nîmes, pour la conférence "La valeur de la vie, pourquoi la vie aurait-elle une valeur?" de Guy Florès, professeur de philosophie, dans le cadre de la Société d'Histoire du Protestantisme de Nîmes et du Gard (10 décembre).